Chronique de Milan, par Clémence Tombereau…

Égarement

Sur ta terrasse qui alors se pare des charmes d’une scène de théâtre, ce ne sont plus des mots doux que tu lui susurres, mais bien des insultes, de la colère et les consonnes frappent l’air lourd comme autant de coups de poing vains.  Tu l’injuries.  Le ton monte et le fantôme reste impassible, comme lui quand tu cries.  Jamais un geste, seulement un sourcil incrédule qui soulève de toutes ses forces son incompréhension.  Tu le hais.  Tu le frappes.  Tu veux simplement le tuer de n’être pas venu ce soir comme convenu, comme toujours depuis bientôt un an.  Tes jolies mains se ferment en nœuds de violence qui ne se heurtent à rien, pas même à la nuit sourde.  Tu frappes le vide – le spectateur serait étonné, peut-être goûterait-il cette folie qui, sur scène, est tellement plus appréciable que dans la vraie vie.  Tu frappes et les larmes désormais ne se retiennent plus, pas plus que les gros mots.  Tu es laide ainsi.  Ta beauté se déforme en une incroyable démence, tes mains fines sont des monstres, ta bouche un gouffre de l’enfer et tu tapes, tu frappes, tu griffes le vide aveuglément comme si tu t’accrochais aux parois d’une abyssale déchéance.

La ville, sous la terrasse, le monde, les voisins : tout cela n’existe plus.  Tu frappes et tes poings jamais ne font ce bruit mat, ce bruit que tu aimes pourtant, ce bruit de peau blessée.  Tu frappes son fantôme, tu frappes l’air du soir.  Tu insultes les limbes et tes cris concurrencent le silence, recouvrent le monde de toute ta haine.

La scène s’éternise, le spectateur se lasse, mais l’actrice est trop prise par son rôle tragique.  Combien de temps ?  Quelques minutes où tes cris vont tutoyer la lune.  Des secondes qui, demain, n’auront jamais existé.  Tu frappes.  Ton corps au bout de quelque temps te rappelle à l’ordre : tu fatigues, une douleur lancinante dans ton genou presque mort t’empêche de continuer.  Tes poings s’effondrent le long de ton corps.

Tel un enfant qui, réveillé, contemple encore effrayé les horreurs de son cauchemar, tes yeux s’agrandissent devant le vide laissé par cette ombre que tu as fabriquée.  Le pantin n’est plus là.  Les mâchoires carrées, les yeux grands comme la terre se sont dissipés, ont rejoint l’atmosphère sur le dos velouté de quelque sombre chimère.

Tu es seule, encore.  Seule avec tes lambeaux de haine, de peine, avec tes souvenirs d’étreintes, avec son parfum si lointain que tu penses le perdre.

Tu prends peur désormais.  Debout sur ta terrasse, debout sur le monde et sur ta solitude, tu crains de ne plus savoir à quoi il ressemble.  Tes mains ne peuvent plus rien dessiner.  S’il ne revient pas.  S’il ne revient pas comment donc feras-tu pour le redessiner.  Ses traits lentement s’effaceront de ta mémoire pour laisser place à un homme informe et sans voix.  Comme s’il était mort.  Comme si jamais votre histoire n’avait vu le jour ou la nuit.  Tu sais que ta mémoire n’est plus ce qu’elle était, tu sais que des morceaux de souvenirs s’éparpillent au gré du vent.  Peut-être même qu’un jour, lorsque tu seras vieille, plus rien de ta vie ne se mettra dans l’ordre ; le mot chronologie sera un mystère et seuls les souvenirs les plus vieux referont surface, nets, frais comme la veille, clairs comme l’enfance.  Peut-être l’oublieras-tu, lui, son cortège de caresses, les minutes et les heures perdues dans ses bras, dans sa bouche.  Tu te sens comme folle.  Mais l’amour, tu le sais, rend un peu fou parfois, personne n’y échappe.

Notice biographique

Clémence Tombereau est née à Nîmes et vit actuellement à Milan.  Elle a publié deuxrecueils, Fragments et Poèmes, Mignardises et Aphorismes aux éditions numériques québécoises Le chat qui louche, ainsi que plusieurs textes dans la revue littéraire Rouge Déclic (numéro 2 et numéro 4) et un essai(Esthétique du rire et utopie amoureuse dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier) aux Éditions Universitaires Européennes.
(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Une réponse à Chronique de Milan, par Clémence Tombereau…

  1. E dit :

    Merci pour votre billet que j’ai beaucoup aimé.

    Oui, l’Amour rend un peu fou !
    Et on ne peut échapper à certains accès de colère ou de passion.
    La vie se transforme en scène de théâtre où nous ne sommes plus nous-même. Notre corps est là, et l’esprit est ailleurs, et parfois les mots sortent de la bouche malgré soi …………pour faire mal.
    Faut-il connaître cet Amour là ?
    Ou lui préférer un Amour calme et platonique ?

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillage Exquis

Quand les mots s'enchaînent comme dans un maillage exquis

%d blogueurs aiment ce contenu :