Chronique de Milan. par Clémence Tombereau…

Rêve de proue

Les délicieux embruns caressent mon visage tandis que le sourd frisson de l’engin annonce le départ.  Mon torse bombé précède tout le reste : mon corps, le bateau, les hommes agités.  Je domine la mer.

Je suis fille de Neptune, créature marine sculptée par la main d’homme ; les flots sont mon écrin, les nuages mes frères.  Une écume crémeuse escorte le voyage.

Sous mon immobilité grouille le désir fou de plonger, me détacher, arracher tous les liens – de bois ou de métal, je l’ignore – et tremper un pied rendu enfin agile, et sauter dans les vagues, m’immerger sans défiance dans ce grand corps d’azur qui tout le temps m’effleure.

Et mon buste et mes jambes s’enfonceraient dans l’eau.  Je sentirais le sel crépiter sur ma peau.  Sous ce ciel liquide je jonglerais avec les méduses ; leur organisme pâle éclairerait ce monde qui jamais ne m’accueille et dont je suis la reine.  Les algues vénéneuses dans une plastique étreinte encercleraient mes jambes ou ma queue de poisson, m’entraînant vers les limbes d’une nuit silencieuse.  L’onde me bouleverserait et ce mouvement doux, régulier, lisserait sur mes joues des larmes de bonheur.

Je nagerais.  J’éparpillerais de mon bras leste la multitude argentée des poissons minuscules.  Je ne craindrais plus rien, ni la tempête sombre, ni les monstres marins – je suis leur mère, ou leur fille, je suis comme eux.

Mon corps se draperait dans les tourbillons verts, dans l’eau froide et vivace.  Je serais l’écume, je serais les flots, je retrouverais enfin ce monde sans humains duquel ils m’ont extraite – sous ma peau ébréchée glisserait le lichen.  Le soleil sera mort.

Je serais Aphrodite, Néréide ou sirène et, me perdant vers les profondeurs noires, je laisserais ma bouche embrasser l’océan.  Le bateau serait orphelin et mes lèvres brûlées par le sel soupireraient d’extase.

Notice biographique

Clémence Tombereau est née à Nîmes et vit actuellement à Milan.  Elle a publié deux recueils, Fragments et Poèmes, Mignardises et Aphorismes aux éditions numériques québécoises Le chat qui louche, ainsi que plusieurs textes dans la revue littéraire Rouge Déclic (numéro 2 et numéro 4) et un essai(Esthétique du rire et utopie amoureuse dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier) aux Éditions Universitaires Européennes.
(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)
Advertisements

One Response to Chronique de Milan. par Clémence Tombereau…

  1. Stéphane dit :

    Jolie prose caressant la proue du silence… Ivresse du voyage aiguisant la flèche des flots….

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :