Ma page littéraire, par Dominique Blondeau…

Dualité d’une philosophe

Il est inutile de présenter Andrée Ferretti.  Femme de lettres reconnue, elle a publié plusieurs essais politiques, des nouvelles, deux romans.  Elle a travaillé avec Gaston Miron, contribué pleinement à la vie politique et culturelle du Québec.  C’est de son troisième roman dont on parlera ici, Bénédicte sous enquête.

Lors de travaux de rénovation dans sa maison tricentenaire située à Neuville, Québec, une latiniste et archiviste trouve dans l’entretoise un coffret « de bois et de cuivre ».  Avec moult précautions, elle l’ouvrira ; une lettre informera le « Sieur ou la Dame » de la demeure, du contenu enfermé depuis trois siècles.  Il s’agit de huit fascicules numérotés, portant un titre pour les désigner.  Aidée d’un ami, la jeune femme en traduira les fragments et sera fascinée par les révélations d’une philosophe hors du commun qui vécut au dix-septième siècle.  Pour imposer sa pensée initiatrice, elle se faisait passer pour un homme.  Elle s’appelle Bénédicte, est née en 1632, à Amsterdam, ville alors en plein essor intellectuel, où la communauté juive évolue à son aise.  Bénédicte appartient à une famille de négociants.  Ses parents sont des marranes, Juifs espagnols et portugais convertis de force au catholicisme, qui durent fuir l’Inquisition et dont certains se réfugièrent dans la capitale hollandaise.  Chaque fascicule nous entretient de personnages ayant joué un rôle essentiel dans sa courte vie ; d’abord sa mère, son frère et sa sœur, puis son père.  Enfin son amant et leur fille.  Autour de ces êtres aimés grouille un monde épris de ses traditions, dans lequel il n’est pas bon de se différencier des autres.  Bénédicte l’apprendra à ses dépens, elle sera excommuniée par des professeurs religieux que ses idées philosophiques novatrices révoltent.  Encouragée par ses amis et correspondants, Bénédicte poursuit sa route solitaire ; en 1677, elle meurt de phtisie avec, à ses côtés, le docteur Louis Meyer qui « procéda à la toilette funéraire de la morte et la déposa dans le cercueil déjà prêt […] » Bénédicte a quarante-cinq ans.

Avant de dévoiler le nom de ce philosophe humaniste, remontons brièvement le cours de la vie de cette femme.  Dès sa naissance, supposent la latiniste et son ami, Bénédicte sera marquée par une hésitation fatale de sa mère qui renonça à la déclarer de sexe féminin, le sexe de l’enfant ne se révélant pas nettement.  Elle interdira à son mari de faire circoncire leur « fils », prétextant qu’« il » était trop délicat…  À partir de cette grossière erreur, la fillette, douée d’une intelligence exceptionnelle, sera élevée comme un garçon.  Elle accédera à de brillantes études qui la mettront en compétition avec des scientifiques érudits, qu’elle défiera de ses propos subversifs.  Même son père s’oppose parfois à ce qui « faisait entrevoir la richesse de [son] univers ».  Bénédicte luttera contre des doctrines éculées, contrecarrant l’avancée politique, sociale et religieuse.  Elle réfute la pensée juive telle que la perçoivent les dogmes de son siècle, affirmant que la loi juive n’est pas d’essence divine.  En ces temps opaques, tremblant sur leurs bases superstitieuses, la perception progressiste de Bénédicte semait la confusion dans des esprits entêtés et peureux.  La liberté et la joie qu’elle prône dans ses essais traverseront les siècles alors que les œuvres de ses prédécesseurs ne feront mouche que quelques décennies, suffisamment toutefois pour que la pensée de la philosophe rebondisse vers l’unicité de toutes choses qui ne se séparent pas, mais se complètent.

Sous une écriture élégante et fluide, c’est le portrait du philosophe de lumière, Baruch — béni des dieux —, dit Benedictus, Spinoza, auteur de L’Éthique — son œuvre la plus importante — que nous dépeint Andrée Ferretti.  L’écrivaine ne dit-elle pas que nous savons peu de ce penseur remarquable enterré dans une fosse commune. Elle ajoute que ses affirmations s’appuyèrent  sur des fonctions humaines universelles, sur une Nature toujours en liesse, un homme étant incapable de réunir ces différents concepts  mais plutôt de les dissocier.

Si ce roman, empreint de gravité et de légèreté, de savoir et de réflexion, nous fait redécouvrir une œuvre de génie, remercions Andrée Ferretti de déstabiliser nos convictions, de fortifier nos doutes à une époque où tant de libertés individuelles et collectives sont bafouées, rarement remises en question.  À lire pour en savoir davantage sur cette femme de génie polyvalente qui apprit aussi « la construction d’instruments d’optique ainsi que la taille des lentilles […] », s’initia à l’alchimie, étudia la Kabbale…

Bénédicte sous enquête, Andrée Ferretti
VLB éditeur, Montréal, 2008, 160 pages

Notes bibliographiques

Installée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exilFragments d’un mensonge, Alice comme une rumeur, Éclats de femmes et Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu. Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire : (http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

%d blogueurs aiment ce contenu :