Billet de l’Anse-aux-Outardes, par Claude-Andrée L’Espérance…

Trois boîtes

« J’ai mis tout ce qui lui appartenait dans trois boîtes…  Quand j’y pense, laisser derrière soi aussi peu de choses, on peut appeler ça voyager léger…  Même si votre tante ne voyageait pas beaucoup… »

Trois boîtes de carton empilées l’une sur l’autre, coincées entre une commode et un fauteuil, dans une chambre encombrée de meubles hétéroclites.  Une chambre avec une porte-fenêtre, un minuscule balcon, une vue sur le ciel de Québec et sur les toits de la vieille ville.

« Y’a pas à dire, mademoiselle Mireille, en dehors de ses absences, votre tante était une locataire tranquille. »

Ses absences…  La délicatesse du vieil homme me touche.  Il en parle comme s’il s’agissait de séjours à l’étranger.  Au fond, c’était peut-être ça : un pays étranger.  Ce lieu, pourtant placé sous le patronage du prince des archanges, qu’après chaque visite, de retour à l’air libre, ma mère, mes sœurs et moi nous nous empressions d’oublier.  Oublier ses longs corridors peuplés d’ombres, ses portes closes derrière lesquelles on devinait des cris, des plaintes et des gémissements.  Oublier Saint-Michel Archange qui aurait dû prendre tous ces fous sous son aile et du tranchant de son épée prendre en chasse tous leurs démons.

« Dans la plus grande des boîtes, j’ai empilé ses cahiers de musique.  Ça pourrait encore servir à quelqu’un.  Au fait, j’ignorais que votre tante était pianiste. »

Je laisse le silence répondre à ma place.  Un instant, je revois ses doigts qui courent sur les touches du piano.  Comme s’il était dans sa nature à elle de faire naître cette musique qui tenait du prodige.  Cette musique qui un jour s’est arrêtée.  Trop tôt.

Ce jour-là, en cherchant la pianiste, on ne trouva que le silence, un banc de brouillard et le regard vide d’une jeune femme changée en pierre.  Catatonie, ont déclaré les médecins.  Puisqu’il faut mettre un nom sur la chose.

La suite fut une quête qui n’était plus la sienne, mais celle de tous ces hommes en blanc qui s’affairaient autour d’elle.  À chercher le traitement de choc ou la formule magique qui assurerait non sa guérison, mais juste un bout de vie…  Un bout de vie hors du brouillard.  Mais était-ce le mal ou le remède qui infligeait au moindre mouvement de son corps la raideur d’un automate ?

En dehors de ses absences, à chacune de mes visites dans sa petite chambre, elle me parlait du ciel de Québec et de l’infini du fleuve où elle rêvait d’aller un jour noyer son regard bleu.  Mais on ne peut aller vers le fleuve sans sortir de sa chambre.  Et elle ne sortait plus.  Monolithe immobile, assise dans son fauteuil.  Dans sa tête elle berçait ses fantômes.

Ainsi, rechute après rechute, elle allait.  Ballottée d’essai en erreur, de fol espoir en mauvais dosage, offerte à une science encore jeune qui expérimentait.  Est-ce le mal ou le remède qui l’a tuée ?  Trop tôt.

« Le cœur », a dit le vieil homme.

Dans la chambre, trois boîtes de carton empilées l’une sur l’autre, coincées entre une commode et un fauteuil.

Notice biographique

Claude-Andrée L’Espérance a étudié les arts plastiques à l’Université du Québec à Chicoutimi. Fascinée à la fois par les mots et par la matière, elle a exploré divers modes d’expression, sculpture, installation et performance, jusqu’à ce que l’écriture s’affirme comme l’essence même de sa démarche. En 2008 elle a publié à compte d’auteur Carnet d’hiver, un récit repris par Les Éditions Le Chat qui louche et tout récemment Les tiens, un roman, chez Mémoire d’encrier. À travers ses écrits, elle avoue une préférence pour les milieux marins, les lieux sauvages et isolés, et les gens qui, à force d’y vivre, ont fini par en prendre la couleur. Installée aux abords du fjord du Saguenay, en marge d’un petit village forestier et touristique, elle partage son temps entre sa passion pour l’écriture et le métier de cueilleuse qui l’entraîne chaque été à travers champs et forêts.  Elle est l’auteure des photographies qui illustrent ses textes.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

One Response to Billet de l’Anse-aux-Outardes, par Claude-Andrée L’Espérance…

  1. Jacinthe Côté dit :

    Un texte plein de fraîcheur !

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :