Chronique de Milan, par Clémence Tombereau…

Brain Lover

Assise.  Elle était assise – et heureusement pour lui.  Car, s’il l’avait vue se mouvoir, s’étendre à la verticale, il serait tombé de sa chaise, vaincu, abruti.
Assise.  Sa tête avait tendance à pencher sur la gauche, comme une de ces feintes coquetteries que les filles se plaisent à avoir.  Elle fumait.  Elle attendait.  Quelqu’un.  Quelque chose.  Que le temps passe. Que le monde coule. Elle attendait placidement, oubliant même sa cigarette qui, autonome, se faisait fumer par le vent.

Regard désertique.  Immobilité.  Sorte de sourire, figé, de politesse, absent sous le vernis.
Dans la tasse devant elle fumait une boisson – thé, chocolat, ou autre, la tasse était grande.
Il la regardait sans pudeur.  Il se demandait si, finalement, elle allait boire.  Si elle n’était pas là juste pour lui, pour éclairer sa journée qui promettait d’être médiocre, vu qu’il avait rendez-vous à la banque pour discuter de sa situation plus que catastrophique.
Remarquant son absence – qui dessinait autour d’elle une sorte de halo, de lueur diffuse, cela arrive avec les gens « absents » –, il ne se gênait pas pour la dévisager.
Sa beauté était peu commune : elle ne provenait pas d’une harmonie plus ou moins régulière dans la disposition des traits, des yeux, de la bouche.  Une bouche sûrement trop petite.  Des yeux sûrement trop grands.  D’ailleurs, les autres hommes assis en terrasse l’ignoraient gracieusement.  Cette beauté-là venait d’autre part, de profondeurs subtiles nichées au fond de l’âme.  Elle irradiait par le regard – pourtant creux – et le sourire – pourtant faux.  Cette beauté-là, simplement, respirait l’intelligence.  Il en va parfois ainsi : on remarque une face, un regard qui, malgré leur aspect ingrat, diffusent une telle lumière que l’être un peu sensible aux qualités d’un cerveau ne peut qu’en être dévasté.  Il faisait partie de ce genre d’hommes.
Son café, à lui, était bu, oublié.  Il ne buvait, ne se nourrissait que d’une chose : cette fille.  Les yeux mi-clos, la bouche ouverte sans le savoir, on aurait dit qu’il la regardait avec sa bouche.  C’était le cas : la fonction de la vue était clairement brouillée.
Il la mangeait de loin.  Il la mangeait en silence, de tout son cœur.
Un mouvement.  La statue s’agite.  Sort un carnet de son sac, le feuillette, et ce visage en mouvement est encore plus noble.  Une moue de lassitude remplace le sourire.  Le carnet se ferme – même les mains ont l’air intelligentes, il délire totalement – ;  les yeux se plissent, la tasse fume encore.  Debout.  Corps debout.  Lui, six pieds sous terre, écrasé par ce qu’elle dégage.  Il regarde sa montre.  Elle, encore un peu ailleurs, ne le regarde pas.  Elle part.  En la suivant des yeux, la bouche encore imprégnée de cette improbable saveur, encore inconsciemment ouverte, il la voit entrer dans la banque.

La journée, finalement, avait peut-être une chance de devenir autre chose.

Notice biographique

Clémence Tombereau est née à Nîmes et vit actuellement à Milan.  Elle a publié deux recueils, Fragments, et Poèmes, Mignardises et Aphorismesaux éditions numériques québécoises Le chat qui louche, ainsi que plusieurs textes dans la revue littéraire Rouge Déclic (numéro 2 et numéro 4) et un essai (Esthétique du rire et utopie amoureuse dans Mademoiselle de Maupin de Théophile Gautier) aux Éditions Universitaires Européennes.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

%d blogueurs aiment ce contenu :