Ma page littéraire, avec Dominique Blondeau…

Les brûlures du temps qui passe ***

 Télévision.  Perplexe, on la regarde.  Son écran est gris et vide, ses atours noirs et poussiéreux.  Son dos est bossé.  On se dit qu’elle nous informe du pire comme du meilleur.  Ses images déboulent, agréables ou torturées.  On pense à une vieille sorcière fatiguée, dépossédée de sa magie.  En un siècle plus barbare que le nôtre, elle aurait fini ses jours sur le bûcher.  On se penche sur le dernier roman de Gilles Jobidon, Combustio.

En compagnie de Jane Dix, jeune archéologue au chômage, nous allons parcourir des univers disséminés dans le temps.  À la suite d’une petite 68456_1annonce à laquelle elle répondra, et après l’échec d’une entrevue, Jane se verra proposer un curieux mandat par une jurée, Sarah Mill, qui l’a remarquée.  Rechercher l’origine de l’incendie, qui a dévasté pendant trois jours une partie de Londres en 1666.  Jane, tout comme le lecteur, traversera des situations oscillant entre vérités et mensonges, entre histoire officielle et fiction.  De l’atelier de Francis Bacon, qui a été un ami intime de Sarah Mill, Jane sera propulsée dans les archives poussiéreuses de la société d’assurances Lloyd’s où travaille son employeuse.  Jane devra se rendre à Paris, rencontrer un spécialiste de Georges de La Tour afin d’y faire authentifier un triptyque dépeignant l’incendie.  Certains éléments n’étant pas conformes aux conclusions tirées des causes du sinistre.  Enquête qui amènera Jane dans les pas de surprenants personnages, la plupart mis en scène par Sarah Mill.  Une artiste polonaise, une famille amish dont l’un des membres est gardien de phare, Henri Dunant, fondateur de la Croix-Rouge, un faussaire de tableaux amnésique, deux frères milanais : l’un est botaniste, l’autre, rebelle raté.  Il y a aussi les Salmontès, fondateurs d’un célèbre et mystérieux cirque.  Dédale dans lequel Jane se fondra sans jamais s’y incruster, les flammes, souvent symboliques, détruisant rageusement les actions excessives des protagonistes.  Une fatalité ignée les regroupe dans la mémoire de Sarah Mill, les distille durant la mission éparpillée de la jeune archéologue.  Points de repère, tels des phares avertissant les navires du danger des tempêtes.  Et c’est bien le gouvernail d’un vaisseau fantôme que tient Jane, envahi d’êtres excentriques.  Admirable fiction alimentée du savoir de l’écrivain.  Extravagance imaginaire que permettent des époques révolues, peut-être entrevues le temps d’un roman…

Toutefois, le parcours de Jane, parsemé d’embûches historiques, dépeint par Gilles Jobidon, déroute le lecteur, lassé de trop longues descriptions narrées par des individus qui s’invitent à tour de rôle.  Parle-t-on de cette manière ininterrompue ?  On en doute.  La curiosité l’emportant, questions et réponses devraient animer un discours passionnant, parfois éteint par d’intenses, poignantes digressions.  L’agonie apaisée du roi Louis XIII méditant devant un tableau de La Tour, l’unique représentation du cirque Kirkos, le suicide de Hermina Salmontès.  Le désespoir dissimulé de Sarah Mill, qu’elle noie occasionnellement dans de bons vins…  La détresse de Jane après une expérience malheureuse en Amérique du Sud.  Le feu, sous toutes ses formes, tord ses flammes dans l’existence de femmes et d’hommes blessés par la maladie du corps et de l’âme.  La fuite sans but de La Tour ne parvenant pas à oublier la mort de sa petite fille Marie.

Roman touffu, foisonnant de détails subtils, méticuleux.  Un ton lyrique, une écriture griffée, tel un manuscrit ancien supportant difficilement la lumière du jour, enténébré d’un encombrant et lourd passé, semblable aux tableaux du peintre des Nuits…  Après avoir fermé le livre, un peu essoufflés, nous avons l’impression d’avoir fait une longue promenade hors du temps, dans des sentiers calcinés, leurs pierres charbonnées, foulées par des êtres impatients de connaître par qui ou pourquoi origine l’incendie de Londres.  À lire à doses parcimonieuses, comme aujourd’hui nous relisons Balzac.

Combustio, Gilles Jobidon
Leméac Éditeur, Montréal, 2012, 320 pages

Notes bibliographiques

Installée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exilFragments d’un mensonge,Alice comme une rumeur, Éclats de femmeset Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu. Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire(http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :