Les couleurs de Virginie, par Virginie Tanguay…

Les goélettes de Saint-Joseph-de-la-Rive

Village de Saint-Joseph-de-la Rive.  Le vieil homme déambulait rue de l’Église.  Dès que le soleil m’indiquait huit heures, chaque matin, j’apercevais sa silhouette au bout du chemin.  Il avançait avec la démarche d’un jeune : fier, la tête haute et le dos droit.  Du haut de ses quatre-vingt-cinq ans, il regardait avec sérénité les deux épaves qui reposaient dans les foins salés.

Ce vieux loup de mer était un témoin précieux du temps du cabotage.  Il était issu d’une grande famille de marins et de constructeurs de goélettes.  Depuis des générations ces femmes et ces hommes naviguaient en fonction du climat, et souvent à leurs risques et péril.  Monsieur  Desrochers avait décidé depuis longtemps que s’il attendait l’absence de danger pour mettre les voiles, il ne prendrait jamais la mer.  Dans sa jeunesse, vaincre la furie des eaux le comblait de bonheur.

Le bonjour matinal destiné à cet homme au regard vif devint vite une habitude.   J’étais éblouie par sa présence d’esprit et son passé riche en anecdotes.  Son enthousiasme pour la navigation me fascinait.

Un jour, la vue de sa goélette endormie éveilla en lui un souvenir douloureux qu’il partagea avec moi.  J’ai pu ressentir la douleur encore vive d’un amour perdu.

À Saint-Joseph-de-la Rive, le mois d’avril 1930 fut marqué par la mise à l’eau d’une élégante goélette à deux mâts.  Quelques membres de l’équipage montèrent à bord.  Le capitaine du bateau, Monsieur Desrochers, menait à bon port les cargaisons de bois et de ravitaillements.  Le trajet habituel de la voiture d’eau allait de l’embouchure du golfe Saint-Laurent à Montréal.

Bien qu’il fût le premier responsable du navire et que les tâches à effectuer ne manquaient pas, il se laissa distraire par les attraits de la cuisinière.   À l’occasion, la jeune femme se retrouvait dans la cabine du commandant ; ensemble, ils écoutaient le chant des baleines et se laissaient bercer par les flots…   Monsieur Desrochers était follement amoureux d’Annette.

Passaient les jours et les saisons…  Leur histoire se dessinait dans le sillage de la voiture d’eau.

Une nuit houleuse, où la goélette tanguait et que la noirceur évoquait les pires cauchemars, la belle glissa sur le pont et se noya dans le Fleuve.  On ne retrouva jamais son corps.  Le capitaine en eut le cœur brisé par le chagrin.

J’ai compris que, lorsqu’il regardait les goélettes échouées sur le rivage, il se remémorait sa vie et celle des gens qu’il avait aimés.

Ces bateaux ont joué un rôle important dans l’histoire des Charlevoisiens.  Le temps des goélettes est révolu, mais Monsieur Desrochers, comme tant d’autres, voudrait qu’on se souvienne…

Virginie Tanguay

Notice biographique

Virginie Tanguay vit à Roberval, à proximité du lac Saint-Jean.  Elle peint depuis une vingtaine d’années.  Elle est près de la nature, de tout ce qui est vivant et elle est très à l’écoute de ses émotions qu’elle sait nous transmettre par les couleurs et les formes.  Elle a une prédilection pour l’aquarelle qui lui permet d’exprimer la douceur et la transparence, tout en demeurant énergique.  Rendre l’ambiance d’un lieu dans toute sa pureté est son objectif.  Ses œuvres  laissent une grande place à la réflexion.  Les détails sont suggérés.  Son but est de faire rêver l’observateur, de le transporter dans un monde de vivacité et de fraîcheur, et elle l’atteint bien.

Pour ceux qui veulent en savoir davantage : son adresse courrielle :  tanguayaquarelle@hotmail.com et son blogue : virginietanguayaquarelle.space-blogs.com.  Vous pouvez vous procurer des œuvres originales, des reproductions, des œuvres sur commande, des cartes postales.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Une réponse à Les couleurs de Virginie, par Virginie Tanguay…

  1. Françoise F. dit :

    Comment fais-tu Virginie pour nous émouvoir autant? Tu as un talent inouï…Continue, tu nous transportes dans le temps…C’est comme si on y était.

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :