Ma page littéraire, avec Dominique Blondeau…

L’embaumeuse et le clochard ****

Notre ami affirme que l’un des anciens péchés capitaux, la colère, condamne l’humain à l’état de bête.  Il voit rouge, disons-nous communément.  Les larmes, les cris, occultent la couleur du sang.  L’humain est réduit à regarder ses congénères dans un miroir déformant, le sien propre, où s’inscrivent la vengeance, la rancœur.  Notre ami cherche un être, homme ou femme, exempt de cette entrave dégradante.  On a lu le dernier roman d’Andrée Laberge, Le fil ténu de l’âme.

Comment aborder un récit aussi dense sans craindre de trahir la pensée exhaustive de l’auteure ?  Certains livres ne se laissent pas approcher d’emblée, telle l’embaumeuse dissimulée sous sa carapace de cactus.  Pourtant, elle est tendre, elle ne demande qu’à être aimée.  Malheureusement, sa « camée de mère » l’a offerte au « tartarin », le fils d’un médecin, « un pervers, un vicieux.  Un sans scrupule. » Elle avait quinze ans.  Après la mort de cette mère asservie, sa fille est devenue thanatologue, se donnant pour mission de veiller au bien-être des âmes, les âmes que jamais personne ne réclame.  Depuis son adolescence offensée, l’embaumeuse est victime d’un handicap qu’elle réprime du mieux qu’elle peut derrière une faculté inusitée : elle est bègue et ventriloque.  Ancrée dans ses louables intentions de sauver les âmes, puisqu’elle ne peut plus rien pour les corps, surtout pour le sien, croit-elle, la jeune femme sera amenée à embaumer une vieille itinérante, glorifiée par son « hurluberlu » de clochard.  N’est-il pas son Salomon ?  Il déclame à sa Sulamite des versets du Cantique des Cantiques, ce qui fait s’interroger la thanatologue : comment ce sans-abri connaît-il par cœur cet ajout profane à la Bible ?

Un autre personnage hantera l’histoire.  Le « fils du loup » qui, quinze ans plus tôt, a tué son père par compassion.  Sauf qu’à la suite d’une dénonciation vengeresse, il a été accusé de meurtre.  À sa sortie de prison, il recherche la délatrice.  Il sait qui elle est, il l’a aimée.  La découvrant inopinément, il l’observe de loin en compagnie d’un clochard, mais aussi dans un bar où, pour échapper à l’emprise haineuse du tartarin, aujourd’hui décédé dans un accident de moto, apporté dans son laboratoire par sa famille pour qu’elle lui donne « l’air serein et apaisé du fils comblé fauché trop jeune », elle attise vulgairement l’appétence des hommes.  Sous sa carapace de cactus, elle séduit, elle aguiche.  Mais ce soir-là, se présente un inconnu, cinéaste amateur, en chômage, qui veut tourner un documentaire sur sa profession et l’entendre parler des âmes.  Défaite de son rôle de femme fatale, la « jeunotte » l’entraîne dans son funérarium.

On ne prendra pas le risque de narrer l’infortune de ces êtres brisés par un passé qui colle encore à leur peau — corps justifierait mieux la répulsion qu’ils éprouvent, qu’Andrée Laberge dépeint magnifiquement.  Chacun y va de ses aberrations personnelles, de ses secrets qu’il ne parvient pas à étouffer.  Malgré le fait que tous se soient transformés en pauvres hères, nous devinons des hommes et des femmes rabattant « le clapet de [leur] mémoire », de crainte que s’échappent des monstres, ravivant des souffrances incommensurables.  Des peurs vertigineuses qui font se réfugier la « princesse avariée » dans le conteneur du clochard, où il abrite l’urne de sa « vieille délirante ».  Tous courent les uns vers les autres, se perdent, se trouvent, le présent imbriquant leurs identités qu’ils taisent farouchement, dont ils ont honte.  Au point de soliloquer à la troisième personne du singulier.  De se distancier de soi.  Si le clochard abuse de superlatifs injurieux pour mieux se châtier, l’embaumeuse s’enroule commodément dans sa jumelle ventriloque.

Andrée Laberge a écrit un roman spiralé, admirable, qu’ouvre un oratorio.  Le désespoir se déploie, grandiose, quand les personnages vomissent les aigreurs qui les ont éloignés des humains qu’ils étaient avant d’être soudoyés par des individus dépourvus de la moindre miséricorde.  Ces hommes et ces femmes, à la bonté indéniable, n’ont eu qu’un désir profond, se réconcilier humblement avec une société insensible au malheur de ses semblables.  Les masques ôtés révèlent des âmes désenchantées qui ne souhaitent que couper le cordon, leur fil ténu les reliant à des corps dégorgeant des miasmes d’autrefois.  On a aimé que, le cinéaste amateur prenant la parole, l’oratorio ferme le roman sur la colère apaisée de la thanatologue, sur une longue respiration libérée du fils du loup.  Le prix à payer de cette rédemption est la mort inévitable du clochard, soupçonnant en lui une identité qu’il ne pouvait réintégrer sans y laisser le corps.  Au moins l’âme s’en sort intacte, aspirée par la vigueur incantatoire du chant du loup gris.

Roman éblouissant dans lequel l’écrivaine rappelle une fois encore la fragilité de l’humain quand il est confronté à des forces démoniaques qu’il ne sait repousser, déstabilisant les élans d’une existence qu’il aurait voulu partager entre la faillite du corps et l’harmonie de l’âme.

Le fil ténu de l’âme, Andrée Laberge
XYZ éditeur, Montréal, 2012, 216 pages

Notes bibliographiques

Installée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exilFragments d’un mensonge,Alice comme une rumeur, Éclats de femmeset Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu. Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire (http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche : https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :