Chronique ontarienne, par Jean-François Tremblay…

Les charmes (et les travers) de l’Angleterre mis en musique

Selon Wikipédia, Thomas Patrick Keating est né le 1er mars 1917.  Cet Anglais de petite fortune s’est lancé dans la restauration d’œuvres d’art après la Seconde Guerre mondiale.  Pour boucler les fins de mois, Keating a également été peintre en bâtiment.

L’artiste a tenté d’exposer ses propres œuvres, mais sans succès.  Convaincu que le système des galeries d’art était corrompu, Keating s’est alors lancé dans la contrefaçon de peintures célèbres.  Souhaitant ridiculiser les experts, il décida de laisser des « indices » dans les œuvres.  Des défauts, des anachronismes, de courtes phrases sous la peinture (qui seraient détectables aux rayons X), etc.  En tout, il falsifia plus de 2000 œuvres de 100 différents artistes.

C’est en 1970 que la supercherie fut mise à jour.  Keating fut formellement arrêté en 1977 et accusé de complot dans le but de frauder.  La même année, il publia son autobiographie.  Son cas judiciaire fut abandonné éventuellement pour des raisons de mauvaise santé.  Son accoutumance à la cigarette, ainsi que l’exposition prolongée aux vapeurs des produits chimiques utilisés pour la restauration des œuvres avaient fait de sérieux ravages.

Malgré cela, en 1982 et 1983, il eut sa propre émission de télévision où il présentait les différentes techniques des grands maîtres de la peinture.

Keating mourut le 12 février 1984, à l’âge de 66 ans.

Après sa mort, ses contrefaçons ont commencé à prendre énormément de valeur et sont aujourd’hui des objets de collection très prisés.  Et ironiquement, les « œuvres » de Keating sont elles-mêmes victimes d’escroquerie.

Si je vous raconte cette histoire, c’est qu’elle sert de prétexte à la chanson Judas Unrepentant du groupe anglais Big Big Train.  (Cliquez ici pour écouter la pièce.)  Ce titre fait référence à la peinture de Rembrandt Judas Repentant, Returning the Pieces of Silver  (Judas rend les trente deniers), l’une des nombreuses œuvres recréées par Tom Keating.

J’aime beaucoup ce récit.  Je souris à la pensée de cet homme impénitent qui se moquait du système et qui a toujours refusé d’indiquer quelles étaient ses contrefaçons, laissant aux experts l’honneur – et l’effort – de les découvrir.

La chanson, quant à elle, me donne des frissons à chaque écoute.  J’adore la mélodie, le refrain qui m’emporte ailleurs, l’intensité et l’émotion dans le chant.  Le genre de pièce musicale que j’écoute dans le noir, mon casque d’écoute sur la tête et le volume élevé.

Ce morceau d’histoire de l’Angleterre n’en est qu’un parmi plusieurs autres que l’on retrouve sur l’album English Electric Part One de Big Big Train.

J’ai découvert ce groupe il y a quelques années, mais ce n’est vraiment qu’avec cet album que j’ai adhéré totalement à leur proposition.  On y trouve quelque chose de particulier que je ne saurais définir.  Est-ce l’attitude positive qu’il provoque chez moi ?  La chaleur des voix ?  La beauté séduisante des mélodies ?  Un peu de tout cela, je dirais.

Le magazine anglais Prog a classé l’album en 16e place des meilleurs albums de rock progressif de 2012 (sur un palmarès de 20).  Les lecteurs du magazine, quant à eux, lui ont décerné la deuxième place.

La musique de Big Big Train ne réinvente rien, au contraire.  Elle s’inscrit plutôt dans une sorte de mouvance nostalgique et référentielle.  En effet, la plupart des groupes actuels de rock progressif ne font que redistribuer et mélanger à nouveau les divers ingrédients qui ont fait le succès de leurs prédécesseurs, tels que les Yes, Genesis, King Crimson et autres.

Mais permettez-moi de vous présenter le groupe.

Big Big Train est une formation rock originaire de l’Angleterre et fondée en 1990.  Pensez à Phil Collins et Genesis dans le temps de A Trick of the Tail, et vous aurez une idée du genre de musique qu’ils font.

En fait, la filiation avec Phil Collins ne commence qu’en 2009, quand le chanteur David Longdon devient membre du groupe.  Sa voix, très semblable à celle du célèbre interprète de Follow You, Follow Me, ajoutée aux guitares acoustiques, aux claviers et à la section rythmique dynamique, rappelle la belle époque du rock progressif.   Fait à souligner, Longdon a auditionné pour faire partie de Genesis après le départ de Phil Collins en 1996, et il a même travaillé sur des démos avec Tony Banks et Mike Rutherford.  Éventuellement, c’est l’Écossais Ray Wilson qui obtint le poste, mais Longdon n’a jamais abandonné et cet homme posé et lettré a eu une carrière très remplie.

Depuis son arrivée dans le groupe, la musique de Big Big Train  – qui fut à certaines époques un peu plus hard – a pris une tangente que certains critiques qualifient de « pastorale », de Georgienne et même de bucolique[1].  Sur leur plus récente offrande, English Electric Part One, le sextuor propose une série de tableaux marquants de la vie anglaise.  Des vignettes parfois d’ordre personnel, parfois inspirées de faits réels, historiques.  Les chansons nous font visiter l’Angleterre du point de vue de ses habitants.  Voici l’explication que l’on retrouve dans le livret : « English Electric is a celebration of the people that work on, and under, the land and who made the hedges and the fields, the docks, the towns and the cities. »

David Longdon

David Longdon

Sur son blogue personnel, David Longdon, auteur de la plupart des chansons, explique en détail la genèse de ses textes (dont celui de Judas Unrepentant).  (Si ça vous intéresse, cliquez ici.) Il s’adonne au même exercice pour certaines des chansons qui constitueront la suite du projet, English Electric Part Two, qui sera lancé au mois de mars prochain.  J’ai extrêmement hâte d’entendre ce prolongement d’une œuvre qui ne cesse de me charmer à chaque nouvelle écoute.

La flûte, les guitares, le chant sensible et passionné de Longdon…  – autant d’éléments, à mes yeux, qui font de ce disque une réussite.

(Pour écouter l’entièreté de l’album et lire les paroles, cliquez ici.)


[1] Source : A Beginner’s Guide to Big Big Train

Notice biographique

Jean-François Tremblay est un passionné de musique et de cinéma.  Il a fait ses études collégiales en Lettres, pour se diriger par la suite vers lesArts à l’université, premièrement en théâtre (en tant que comédien), et plus tard en cinéma.  Au cours de son Bac. en cinéma, Il découvre la photographie de plateau et le montage, deux occupations qui le passionnent.  Blogueur à ses heures, il devient en 2010 critique pour Sorstu.ca, un jeune et dynamique site web consacré à l’actualité musicale montréalaise.  Jean-François habite maintenant Peterborough.   Il tient une chronique bimensuelle au Chat Qui Louche.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

12 Responses to Chronique ontarienne, par Jean-François Tremblay…

  1. Jean-Marc Ouellet dit :

    Tu as raison, Jean-François. Cet album est sûrement un des meilleurs du genre de ces dernières années. Les thèmes évoluent, et les arrangements évoquent souvent des passages du « bon vieux temps » du prog. Je ne partage pas tout à fait ta référence avec « A Trick of the Tail » de Genesis. La voix de Longdon ressemble effectivement à celle de Phil Collins, mais sur ce disque, elle trône avec un support magistral des instruments, alors que sur le chef-d’oeuvre de Genesis, Collins, prenant la relève de Peter Gabriel au vocal, se fait plus discret, laissant la place aux instruments. Par contre, sur cet album de Big Big Train, la flûte et le violon remplace avec grâce la virtuosité de la guitare de Steve Hackett. J’ai aussi aimé « Judas Unrepentant » qui nous donne le goût de l’écouter « dans le piton » en bon québécois, un peu comme le « Please don’t touch » de Steve Hackett. À cause de mon âge peut-être, j’ai aussi aimé « Summoned By Bells » et Upton Heath», des pièces plus tranquilles.

    Oui, une belle réussite, ce disque. J’ai hâte au suivant.

    Merci aussi, Jean-François, pour cette histoire fort intéressante sur Thomas Patrick Keating.

    Jean-Marc.

    J’aime

    • Alain Gagnon dit :

      Est-ce que quelqu’un écoute encore Pink Floyd ? Et Jethro Tull ?

      J’aime

      • Jean-Marc Ouellet dit :

        Ma fille de 19 ans et de ses amis adorent Pink Floyd. Pour Jethro Tull, je ne sais pas s’il y en a à part moi. Encore la semaine dernière, en m’entraînant, je regardais, et écoutais, un DVD de ce groupe Il doit bien y avoir quelque part d’autres « Bizz » que moi. 🙂

        J’aime

    • Alain Gagnon dit :

      Et dire que je croyais être le dernier des Mohicans…

      J’aime

      • Jean-Marc Ouellet dit :

        « En effet, la plupart des groupes actuels de rock progressif ne font que redistribuer et mélanger à nouveau les divers ingrédients qui ont fait le succès de leurs prédécesseurs, tels que les Yes, Genesis, King Crimson et autres.»

        Je pense que ce passage de Jean-François est important. On arrive à un point que dans tous les genres actuels, nous retrouvons un réaménagement des « thèmes », et des rythmes du passé avec des instruments nouveaux et une sonorité moderne. La musique d’hier demeure, et la moderne la rehausse.
        Il y a plus de Mohicans qu’on pense… Et pas juste des plus « vieux ». :-)))

        J’aime

      • Jean-François Tremblay dit :

        Évidemment je ne suis pas une référence, puisque mes goûts n’ont jamais correspondu à ceux des gens de mon âge (mi-trentaine), mais j’adore Jethro Tull.

        Il y a beaucoup de jeunes groupes dans le prog, qui reprennent le flambeau.

        Je pense à District 97, avec une jeune chanteuse sexy (ancienne participante à American idol) qui donnent dans un style assez complexe.

        Anathema, très aimés des fans du genre, dans un style planant, avec de jolies voix.

        Je suis abonné au magazine anglais Prog et je découvre des tonnes de groupe grâce à lui. Il y en a vraiment pour tous les goûts. Le prog est encore bien vivant!

        J’aime

        • Jean-Marc Ouellet dit :

          Je dirais même, tout ce qu’il y a de vivant.! Et je pense que c’est la faute de la musique commerciale. Elle ne sait pas se renouveler. Les gens ont besoin de rythmes nouveaux, de musiques nouvelles, et le prog, avec les qualités de musiciens qu’elle demande, avec ses allures symphoniques qu’elle présente parfois, attire de plus en plus de gens, et de musiciens. Naturellement, voix, flûtes, violons, guitares, basses, violoncelles, batteries et autres s’unissent pour offrir des ambiances variées qui rejoignent de plus en plus de gens.

          Je ne suis pas abonné à cette revue, mais je m’y attarde cette semaine. Merci, Jean-François.

          J’aime

    • Jean-François Tremblay dit :

      J’avoue que la comparaison ne tient peut-être pas la route. Et par moments la voix de Longdon fait penser à Gabriel plus qu’à Collins.

      C’est un peu comme avec Fish, anciennement de Marillion, qui pouvait ressembler aux deux lui aussi, tout en étant unique.

      Ce sont toutes des voix qui me fascinent.

      Merci pour le commentaire.

      J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :