Ma page littéraire, par Dominique Blondeau…

Douze femmes et un cœur ****

Carl Leblanc

Hommes.  On les aime magnanimes, respectueux, rieurs.  Le regard empreint de loyauté.  On fuit les bellâtres, les conformistes, les renfrognés.  Le regard embrumé de sournoiserie.  On aime que les hommes aient suivi l’évolution irréversible des femmes, qu’ensemble ils bâtissent un avenir prospère.  On parle du roman de Carl Leblanc, Artéfact.
Il ne sera pas simple de nous attarder sur l’histoire poignante de douze jeunes femmes, prisonnières d’un camp de concentration nazi durant la Deuxième Guerre mondiale.  Auschwitz.  Elles sont françaises, allemandes, polonaises, de religion juive, insoumises malgré les humiliations qu’elles subissent.  L’une d’elles, Klara Granovski, Polonaise, aura vingt ans le 21 décembre 1944.  Ses camarades de travail ont décidé de fêter son anniversaire, certainement le dernier.  Elles prendront des risques insensés, portées par l’espoir plus grand que « tous les malheurs du monde ».  Ce n’est pas du courage, mais un peu de tendresse qu’elles échangent en confectionnant un carnet de vœux, à l’insu de leurs tortionnaires.  Artéfact en forme de cœur, aujourd’hui exposé, telle une perle unique, dans une vitrine, au musée de l’Holocauste à Montréal.  Sur le tissu mauve de la couverture, couleur du chemisier de l’une d’elles, a été maladroitement brodée la lettre K. Il y a quelques années, on avait contemplé l’objet sans savoir à quel enfer il avait échappé.

À partir de cette note douloureuse, on accompagne François Bélanger, reporter aux affaires juridiques pour un grand journal de Montréal.  Habitué à traiter des dossiers de motards, de corruption, de la mafia, il a été affecté à l’affaire Krylenko, un vieil Ukrainien inculpé de crimes de guerre.  Ainsi, François Bélanger s’était retrouvé au musée de l’Holocauste, peaufinant sa recherche pour écrire un article sur le présumé criminel de guerre.  Fasciné par le carnet qu’il a découvert, s’interrogeant sur les femmes qui l’ont fabriqué, il s’intéresse malgré lui à cette époque terrifiante qu’ont traversée les humains, tant bourreaux que victimes, sur la capacité de taire la compassion, la sensibilité, la pitié.  Alors que le carnet était l’œuvre de femmes habitées par des émotions.  Poussant plus avidement son enquête, il se heurtera à quelques survivantes qui ont pris part à la fabrication du carnet.  Elles n’ont rien oublié, ne le peuvent.  Certaines ont tenté des « unions de somnambules », d’autres ont emporté leurs secrets dans la tombe.  D’autres encore, surgissant de chapitres datant de la fin de la guerre, n’auront pas la chance de connaître la Libération.  Intrigué, François Bélanger mène de front le parcours d’Alexandre Krylenko, « soupçonné d’avoir été un des officiers du bataillon Schuma de l’armée ukrainienne, bien connu pour ses  » actions punitives.  ” ».  L’Histoire s’impose, révélant peut-être des erreurs grossières, plus rien ne prouvant que le vieil antisémite avait commis les crimes barbares dont il était accusé.  Soixante-cinq ans ont passé, le carnet dans sa vitrine a lui aussi perdu ses couleurs vives, autant dire que le temps s’avère néfaste, affadissant les pires atrocités.  L’affaire Krylenko en accentuera la luminosité, la face sombre de l’homme faisant partie d’une même histoire.  L’une est belle, l’autre banale.  Alexandre Krylenko et le carnet repliant leurs mystères, le journaliste s’entêtera à vouloir en éclaircir quelques-uns : il se rendra dans plusieurs pays à la poursuite de témoins qui lui réserveront bien des surprises.

On a aimé que Carl Leblanc, lui-même journaliste et documentaliste, ne se soit pas laissé emporter par des émotions de surface, qu’à travers son personnage, François Bélanger, des questions l’aient taraudé.  Que reste-t-il de cette folie destructrice, du « devoir de mémoire » qu’entretiennent les Juifs du monde entier ?  Des génocides n’ont-ils pas endeuillé notre monde moderne ?  Un chapitre très émouvant remet le temps à sa place.  Le journaliste s’est rendu à Birkenau, nommé aussi Auschwitz II, et après avoir observé les gens prier, s’être interrogé sur cet étrange lieu de recueillement, il se dirige vers les ruines de la Union Metall Werke, l’usine où ont travaillé Klara Granovski et ses camarades.  Là où a été conçue l’idée du carnet.  François Bélanger entre dans une sorte de rêve ranimant les êtres et les choses qui, soixante-cinq ans plus tôt, parvenaient au terme d’une horreur sans nom.  Il ne cesse d’imaginer l’ingéniosité des jeunes femmes pour survivre.  L’odeur du temps, les rires, les exclamations, les « ordres gueulés » lui parviennent.  C’est la rumeur du monde, dehors, qui le sortira de sa tragique rêverie.

Roman de la mémoire s’il en est.  Mémoire d’hier et d’aujourd’hui.  Décalage amalgamé qui incite le lecteur à regarder derrière l’épaule, l’avenir se reflétant dans le passé, aussi odieux fût-il.  Les vingt ans de Klara  Granovski éternisent une histoire intime, celle du carnet mauve en forme de cœur, le protégeant d’une guerre où l’extermination d’hommes et de femmes se pratiquait dans une indifférence généralisée.  Il en aura fallu de la détermination, de la désespérance, de la solidarité, pour faire du carnet au tissu élimé un symbole de tendresse, une raison valable de s’ancrer dans l’amour de la vie.

On remercie Carl Leblanc d’avoir ressuscité les douze jeunes femmes devenues souvenirs dans la mémoire de ceux qui restent.  Ces réveils brutaux sont souvent nécessaires, voire indispensables, surtout quand ils sont dépeints avec une discrète, extrême pudeur.  De tout temps, de harassantes questions se sont posées ; les réponses, dans la mémoire de femmes ou d’hommes abîmés, et non vaincus, ont-elles suscité la notion du bien et du mal ?  Épuisant dilemme.
Artéfact, Carl Leblanc
Éditions XYZ, Montréal, 2012, 160 pages

Notes bibliographiques

Installée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exilFragments d’un mensonge,Alice comme une rumeur, Éclats de femmeset Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu. Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire(http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :