Billet de Milan, par Clémence Tombereau…

Icare et ses UV

Raice est jeune. Raice est beau. Raice est ambitieux. Il considère la vie comme une gigantesque compétition où, assurément, il sera le meilleur. Travaillant – et excellant – dans les finances, Raice aime l’argent, les filles, les voitures. Raice est un cliché à lui tout seul – cela le rend content de lui. Être un cliché ou un mythe.
Devant l’institut Sunny Body, Raice hésite, se mord la bouche qu’il a charnue, fait un tour dans sa conscience, réécoute les conseils du docteur et regarde ses mains. Impossible. Trop pâles. Le médecin est bien gentil, la maladie bien effrayante mais cette peau est trop pâle. Trop pâle. Raice refuse d’être pâle. Pâle c’est faible, c’est malade, c’est con. Raice se veut un homme solaire, qui rayonne sur le monde – sur les filles. Raice emmerde le docteur. Puissance et bronzage sont les deux mamelles de sa vanité. Raice est blond et, d’après lui, un blond blanc est moche. L’or de ses cheveux ne peut être exalté que par une peau caramel. Raice est un dieu – sa dernière conquête le lui a encore chuchoté ce matin au saut du lit, subjuguée par son charisme.

Sunny Body est son temple et, en bonne divinité, il y entre en roulant des épaules.
La jeune fille souriante – dents littéralement lumineuses, semblables à des néons légèrement bleutés – lui propose une séance immédiate. Il veut la plus longue, la plus forte. La jeune fille – dents blanche, peau orange/caramel/pain d’épices, comme on veut du moment que c’est mangeable – est seule aujourd’hui, sans patron, sans clients, entièrement dévouée. Elle l’invite à faire comme chez lui.
Dans la cabine Raice se dévêt, enfile les ridicules lunettes qui le font ressembler à un dieu têtard, se glisse voluptueusement dans le caisson et se vautre sous les artificielles ardeurs qui le rendront plus beau. Il se rêve maître du monde et s’endort.
« Drame au Sunny Body » : La jeune employée du fameux institut, victime d’un malaise, a oublié dans le caisson à UV un jeune homme qui s’y était endormi. L’établissement a pris feu. Le monde de la finance pleure l’un de ses plus jeunes prodiges.

Notice biographique

Clémence Tombereau est née  à Nîmes en 1978. Après des études de lettres classiques, elle a enseigné le français en lycée pendant cinq ans.  Elle a vécu à Porto, au Portugal ; et habite maintenant Milan.  Finaliste du prix Hemingway en 2005, lauréate cette année du concours littéraire organisé par le blogue Vivre à Porto.  Elle a contribué à la revue littéraire Rougedéclic (numéro 2) et elle nourrit régulièrement un blogue que vous auriez intérêt à visiter : le Clémence Dumper : http://clemencedumper.blogspot.com/  Elle tient au Chat Qui Louche une chronique bimensuelle des plus attendues par les lecteurs :  Billet de Milan.

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :