La page littéraire de Dominique Blondeau…

Corps terrestres et célestes ***

Aphorisme.  L’or du temps, grâce ennoblissant l’œuvre de quelques grands artistes qui ont su composer avec les dimensions universelles dans lesquelles nous vivons.  L’or du temps serait-il l’entéléchie de la durée, comme l’âme est celle du corps ?  On parle du deuxième roman de Benoît Quessy, Les Singularités.

Comme dans les tableaux d’exposition d’une pièce de théâtre, l’auteur présente ses personnages.  Un samedi soir, ils sont attablés chez un couple d’amis, Mathilde et Lou, artiste peintre et cinéaste.  Ils refont le monde, éprouvent du plaisir à être ensemble.  Luce et Rolin, séparés mais ne sachant vivre l’un sans l’autre.  Projectionniste et météorologue.  Alexandre, journaliste, spécialisé en astrophysique.  Ce soir-là, les amis fêtent un prix qui a récompensé l’un de ses articles.  Il se remet mal de sa séparation d’avec Sara, native du sud de la Chine, microbiologiste.  Sans explications, elle est retournée travailler sur son continent.  Observant tendrement Alexandre, Mathilde convient qu’il ne sait pas mettre d’ordre dans sa vie sentimentale, d’où le désir subit de lui présenter Chloë, une amie astrologue.  En attendant que le projet insensé de Mathilde prenne forme, ce qu’il ignore, Alexandre rêve d’écrire une série d’articles sur les origines de l’univers.  Que s’est-il passé 13, 7 milliards d’années plus tôt, avant le Big Bang ?  Question étourdissante : elle en appelle à de multiples qui ne seront jamais élucidées, resteront à l’état de suppositions grandioses.  Avides d’en savoir davantage sur ce sujet indéchiffrable, chacun et chacune y va de ses raisonnements fantaisistes.  La soirée se termine, hasardeuse, sur une partie de dés.

Chapitre primesautier nous invitant à retrouver Mathilde et Lou le lendemain.  Celle-ci confie à son compagnon son envie de réunir Chloë et Alexandre.  Idée farfelue, rit-il, ces deux-là n’ont rien en commun !  Puis le même soir, Lou a rendez-vous avec Alexandre pour boire un verre au RK Café.  Ils y parleront de Sara, du désarroi qu’éprouve Alexandre depuis leur rupture.  Est-ce un prétexte à évoquer l’origine du monde ?  Ses mystères, en cela semblables à Sara qui l’a quitté sans préambules.  L’histoire banale, convenue d’un homme et d’une femme, fait place à un macrocosme où vertus et sentiments humains ne signifient plus rien.  Il y a l’univers qui, immobile dans une noirceur absolue, s’est démultiplié quand une concentration d’énergie a fait exploser une petite tête d’épingle.  Il n’y avait qu’elle dans l’espace.  Le temps n’existait pas.  Théorie captivante soutenue par Alexandre à mesure que l’histoire de Mathilde et de Chloë évolue, enrichie du savoir astrologique de cette dernière, de son intuitive suspicion à l’égard de l’être humain à la lecture des planètes environnant sa venue au monde, de la stupéfaction qui en découle.  La carte du ciel d’Alexandre les surprendra, l’une et l’autre…
En lisant ce roman réjouissant, on s’est demandé où voulait en venir Benoît Quessy.  Partant d’une anecdote jubilatoire, la possibilité d’une liaison amoureuse entre un journaliste scientifique et une astrologue, l’auteur noie son dessein initial, le disperse serait plus juste, dans la recherche de l’univers décrit par Alexandre.  Les suppositions, ou singularités, prennent une place prépondérante quand le jeune professeur d’astrophysique, Christo Dumas, lui enseigne ce que des savants, bien avant lui et ses collègues, ont retenu de leurs pérégrinations imaginaires, à coups de télescopes.  Paradoxe du récit, il nous a paru que son intérêt reposait sur l’enquête intersidérale menée par Alexandre.  Chloë, l’astrologue, n’est-elle qu’un alibi qu’utilise Benoît Quessy, partageant avec le lecteur sa curiosité passionnée pour le plus grand mystère régissant notre existence, elle-même réduite à une tête d’épingle ?  Vertige assuré quand l’auteur nous apprend que bourlingue au-dessus de nos têtes le chaos, « fille du néant », qui tiendrait lieu d’inconnaissable, car qu’y avait-il avant le Big Bang ?  Comment l’énergie s’est faite matière au moment du Big Bang ?  Univers statique ou en expansion ?  D’où venons-nous et pourquoi nous ?  Une pléiade d’impressions floues déjoueront moult certitudes, laissant Alexandre non sur un inassouvissement mais sur une lassitude née de trop de théories disséquées à même le discours inépuisable de son professeur, Christo Dumas, lui-même incapable d’expliquer qui a mis le « feu aux poudres ».  Dieu ?  Ultime singularité cosmique impossible à résoudre.

Roman écrit dans un style syncopé qui donne grande vie dynamique aux protagonistes, pour la plupart joyeux et délirants.  Nul ennui qu’aurait pu engendrer une vulgarisation excessive des trous noirs et fontaines blanches, entre autres singularités repérées dans l’univers, recensées par l’auteur.  Si les sentiments amoureux naissent, « l’improbable chaos des cœurs » vaut beaucoup à Aphrodite et à un certain Soutine, issus d’un univers différent, comme étant celui des limbes du réseau Internet.

Amateurs de sphères interstellaires, d’étoiles errantes et fixes, regardez le ciel, comme le recommande Christo à Alexandre.  Vous y trouverez vos origines célestes, les mythes enveloppés de vos expériences humaines.  Peut-être la poésie des âmes, conclut sagement Chloë.

Les Singularités, Benoît Quessy, Éditions Québec Amérique, Montréal, 2012, 244 pages

(C’est pour nous un honneur d’accueillir l’écrivaine Dominique Blondeau au Chat Qui Louche à titre de chroniqueuse littéraire.  Nous y reproduirons certaines de ses chroniques sur une base régulière. AG)

Notes bibliographiques

Installée au Québec depuis 1969, Dominique Blondeau, romancière et nouvellière, a été lauréate du Prix France-Québec/Jean-Hamelin pour son roman Un Homme foudroyé. Entre autres ouvrages, elle est aussi l’auteure de Les Feux de l’exil, Fragments d’un mensonge, Alice comme une rumeur, Éclats de femmes et Larmes de fond, ces cinq derniers livres publiés aux éditions de la Pleine Lune. En 2002, les éditions Trois-Pistoles ont édité son essai, Des grains de sel, dans la collection «Écrire». Elle a fait paraître des nouvelles dans plusieurs revues et collectifs et, en 1997, elle a été lauréate du Prix de la Meilleure Plume au concours XYZ. La revue de la nouvelle. Son treizième roman Une île de rêves a été publié en 2004 chez VLB éditeur. En 2008, elle a publié un recueil de nouvelles, Soleil et cruautés, dans Internet, sur le site Lulu. Au début de 2012, elle publiait Des trains qu’on rate aux éditions numériques Le Chat Qui Louche. En 2007, elle a créé un blogue surtout consacré à la littérature québécoise, Ma page littéraire (http://dominiqueblondeaumapagelitteraire.blogspot.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :