Les couleurs de Virginie…

Vie de galerie à l’Hôtel Roberval

L’Hôtel Château Roberval, Virginie Tanguay

        En 1901, à New York, les immigrants arrivaient en masse.  L’industrie du textile y florissait.  La diversité des cultures et le mélange des fragrances ajoutaient un cachet à cette ville en croissance.  L’entreprise de fabrication de vêtements que Monsieur Jones avait fondée quelques années auparavant avait fait de lui un homme prospère.  Attablé à un restaurant, ce dernier humait son café et feuilletait  le prestigieux The New York Times.  Son regard intrigué se posa sur une nouvelle qui vantait le Lac-Saint-Jean, une région sauvage du Québec.  À cet endroit, la pêche sportive était si  populaire que les voyageurs venaient de partout pour y taquiner le poisson.  L’article mentionnait le nombre des prises et racontait des prouesses halieutiques incroyables.  Un journaliste en aurait capturé deux-cent-quarante ouananiches  en trois jours !  La soif de l’aventure était si intense qu’à l’instant même où le texte défilait sous ses yeux, Mr Jones rêvait de s’y rendre. Il voulait échapper quelques jours à son mode de vie effréné, devenu insupportable, et la solution était un départ rapide vers ce beau coin de pays. Un télégraphe fut envoyé à l’Hôtel Roberval ; il annonçait la venue imminente de la famille Jones et de leur servante.  Le début de la belle saison était un heureux augure.

       La balade en train fut agréable, les passagers ne s’ennuyaient pas.  La servante, Élisabeth Turner, une femme humble et passionnée, avait grandi à la campagne et la nature  avait peu de secrets pour elle.  De la cabine du wagon, en regardant par la fenêtre, elle observait en compagnie des enfants les différentes strates de la forêt.  Ainsi, les petits comprirent qu’aux abords du fleuve Saint-Laurent, on trouvait des feuillus comme les érables, noyers, caryers et frênes.   La sapinière à bouleaux blancs habillait la terre promise telle une dentelle boréale, douce et enveloppante.

     Les visiteurs de l’Hôtel Roberval étaient plus que choyés.  La vue, à elle seule, de ce lac si vaste, valait le déplacement, et ce grand vent du nord qui caressait la peau était d’une fraîcheur bienfaisante.  La vie de l’homme s’écoulait comme une vague rapidement emportée par le suroît sur les eaux de cette mer intérieure.   La table était excellente, l’orchestre diffusait une ambiance chaleureuse ; dans la cour, des ours noirs en cage épataient la galerie.

      Bien endimanchés, enfants, dame et servante profitaient de la terrasse de l’Hôtel.  Le cheval de bois prenait vie, portant comme fier cavalier un gamin songeur.  Le parfum aux notes boisées et onctueuses, que portaient  les femmes, s’épanouissait dans la brise.  C’était il y a longtemps, c’était l’air du temps !

Notice biographique de Virginie Tanguay

Virginie Tanguay vit à Roberval, à proximité du lac Saint-Jean.  Elle peint depuis une vingtaine d’années.  Elle est près de la nature, de tout ce qui est vivant et elle est très à l’écoute de ses émotions qu’elle sait nous transmettre par les couleurs et les formes.  Elle a une prédilection pour l’aquarelle qui lui permet d’exprimer la douceur et la transparence, tout en demeurant énergique.  Rendre l’ambiance d’un lieu dans toute sa pureté est son objectif.  Ses œuvre  laissent une grande place à la réflexion.  Les détails sont suggérés.  Son but est de faire rêver l’observateur, de le transporter dans un monde de vivacité et de fraîcheur, et elle l’atteint bien.

Pour ceux qui veulent en voir ou en savoir davantage : son adresse courrielle :  tanguayaquarelle@hotmail.com et son blogue : virginietanguayaquarelle.space-blogs.com.  Vous pouvez vous procurer des œuvres originales, des reproductions, des œuvres sur commande, des cartes postales.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)


Advertisements

3 Responses to Les couleurs de Virginie…

  1. Anonyme dit :

    Merci pour ce beau voyage dans le temps…c’est un beau cadeau de Noël!

    J’aime

  2. Anonyme dit :

    Je suis presque arrivé à sentir ces parfums aux notes boisées. Je les aimerais sûrement!! xxx

    J’aime

  3. mystère dit :

    Je suis presque arrivé à sentir ce délicieux parfums aux notes boisées. Je suis sûre que je l’ aimerais! xxx

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :