Version canine, un conte de Karine St-Gelais…

Version canine…bouvier_bernois_by_stellaphotographies-d3fpk9w

Quand vous étiez petit, qu’est-ce que vos parents vous racontaient pour que vous refermiez l’œil après un affreux cauchemar ?

Étant jadis un enfant qui avait peur des monstres de la nuit, j’ai revendiqué depuis mon droit de dormir grâce à une grosse bébête poilue.  Je défends maintenant avec ardeur le sommeil léger de mes enfants en compagnie de cette grosse douceur, Abigaïl, mon adorable Bouvier Bernois.

Un soir, ma petite Arielle, qui n’avait alors que trois ans, s’éveille en hurlant.  Elle crie et pleure à s’en fendre l’âme.  Comme tout bon parent, je me lève un peu ébranlée et je me précipite à son chevet.  La petite est cachée sous les draps et me pointe le coin de sa chambre.  Elle semble confuse, mais visiblement en proie à une réelle frayeur.  J’essaie de la recoucher, mais cette fois-ci la routine habituelle ne fonctionne pas.  Elle est inconsolable, et sa peur est presque palpable.  Un peu exaspérée de ne pas pouvoir dormir, je m’assois malgré tout près d’elle et je décide d’improviser une histoire.  Heureusement, le regard interrogateur de ma partenaire canine, du cadre de la porte, me donne une soudaine source d’inspiration.  Je débute ainsi :

— Calme-toi, mon ange.  Ne t’en fais pas, Abby va s’en occuper…

La petite, intriguée, s’arrête immédiatement de pleurer et me lance : « Pourquoi ? Comment ? », les yeux toujours mouillés.

— Quand maman a acheté Abby, l’éleveur nous a avisés de ses pouvoirs spéciaux…

— Hein !  Ça ne se peut pas, me disent ses longs sourcils pointés vers le ciel.

— Eh oui ! ajoutai-je.  Abby a le pouvoir de manger les monstres.  C’est inné chez cette race de chien.

— Abby mange l’monstres, m’man ? interroge-t-elle de nouveau dans son dialecte d’enfant.

— Sais-tu comment elle fait ? lui demandai-je.

Elle me fait signe que non de sa couette toute croche.

Le jour, lorsque vous êtes à la garderie, Abby part en tournée pour sécuriser la maisonnée.  Elle renifle tous les recoins et repère immédiatement les êtres de la nuit.  Ils ont, pour elle, une odeur particulière que nous, nous ne percevons pas.  C’est aussi pour cela que ces chiens sont désignés pour accompagner les non-voyants.  Ces derniers sont leurs yeux et les guident sur la route.  Alors, pour nous, Abby fait la même chose.  La nuit, elle se transforme en chasseuse de monstres.  Elle les piste de très loin, de là sa couleur noire : les créatures sombres ne la voient pas.

Arielle regarde son agréable animal de compagnie avec un trop plein d’amour, c’est touchant.  Je sens qu’elle me croit dur comme fer.   J’en profite alors pour continuer :

— Tu sais, lorsque nous sommes allés la chercher à la pouponnière de la Bernoise, elle était la dernière de la portée.  Nous n’avons pas eu l’occasion de la choisir.  C’est comme si elle nous était destinée.  Depuis, elle est chargée d’une mission : nous protéger.  C’est maintenant son rôle de chien de famille.  Elle nous permet de dormir en toute quiétude.  Elle renifle aussi fort que le vent d’une tempête déchainée.  Son pouvoir lui vient de la fée des familiers.  Cette fée donne des dons aux animaux de compagnie, c’est pour cette raison que nous sommes si bien accompagnés.  Abigaïl surplombe ses sombres proies, elle se penche et ouvre sa grande gueule, d’où soudain s’échappe une poussière verte qui lui permet d’avaler l’affreux.

Ma petite me sourit de sa jolie frimousse, ce qui lui fait oublier les mauvais rêves de la dernière heure.  Elle se frotte le nez contre son doudou.  J’étais certaine qu’elle se recoucherait…  Mais non ! Elle se relève et me dit dans son jargon tout mignon :

— Elle fait quoi avec l’monstres après Abby ?

diablotin-pose-portableOups !  Cette question n’était pas prévue dans mon scénario…  Alors je me tourne vers Abby et lui demande secrètement de l’aide.  Elle se lève et semble avoir quelque chose dans sa gorge.  Je la vois essayer de s’en défaire en crachant comme un chat qui veut se débarrasser d’une boule de poil.  Nous l’entendons ensuite se diriger vers son plat d’eau et saper le précieux liquide comme une vieille le fait avec sa soupe.  Je souris et me retourne vers ma fille qui a de nouveau les yeux fripés de fatigue, et je lui dis :

— Comme ça, ma chouette, elle les recrache.  Mais généralement, elle fait cela dehors.  Elle avale les méchants diablotins et ensuite s’en débarrasse.

Et pour être bien certaine qu’elle ne pose pas une autre question, je la devance en lui disant pour clore l’histoire que, par la suite, les monstres devenus une poussière verte servent de fertilisant pour Mère Nature.  Avec cette nuée magique, Dame Nature fait fleurir les fleurs, croître les arbres et rend l’eau de pluie potable pour les animaux…

Ma fille est une amoureuse de la nature et de tous ses enfants — et quand je dis « tous ses enfants », je parle autant du joli renard que des escargots, mon histoire l’a comblée.  N’ayant plus rien à redire, elle embrasse Abby venue nous asperger affectueusement de son dernier boire et elle se rendort sous son minois angélique.  Ouf ! Je retourne me coucher assez satisfaite de cette fiction un peu apparentée au film La ligne verte, version canine…

Je m’allonge en caressant ma belle dévoreuse d’êtres cauchemardesques jusqu’à ce que…

— Maman ! Oh ! Non ! C’est Louis maintenant !

Et c’est reparti pour une autre histoire.

— Viens-t’en, Abigaïl…

Notice biographique :

227320_1985432524583_1506387954_2115898_2279409_sKarine St-Gelais est une écrivante qui promet.  Nous avons aimé ce conte plein de fraîcheur et de naïveté enfantines qu’elle nous offre.  Laissons-la se présenter.  « Je suis née à Laterrière, dans la magnifique ville de Saguenay. Depuis près de huit ans une Arvidienne, j’aime insérer dans mes histoires des frasques de l’enfance et des coups d’œil sur ma région.  Je suis mariée depuis dix ans. J’ai trois beaux enfants, un  affectueux Bouvier Bernois et un frère cadet de 21 ans. Je suis née le 3 septembre 1978 sous le signe astrologique de la Vierge. J’adore l’automne et sa majestueuse toile colorée. J’aime la poésie, les superbes voix chaleureuses et les gens qui ne jugent pas à première vue. Née d’une mère incroyablement aimante et d’un père absent, je crois que la volonté et l’amour viennent à bout de tout.  Au plaisir de vous rencontrer sur mon blog:http://www.facebook.com/l/3b24foRTZrfjfcszH7mnRiqWa9w/elphey »

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

2 Responses to Version canine, un conte de Karine St-Gelais…

  1. Karine Gelais dit :

    Merci Alain, toujours aussi agréable de se relire ici, au Chat qui louche… ;)))) Joyeuse fête à tous et à toutes xxx

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :