Chronique d’humeur, par Jean-Pierre Vidal…

Le fait divers qui tue

 L’insignifiance à laquelle notre époque nous pousse en toute circonstance n’apparaît jamais tant que dans les intérêts ridicules que veut nous faire partager la rumeur vendeuse.  Ainsi de cette coque de noix d’acier dont on a célébré à grand bruit le naufrage centenaire en tentant de nous faire croire que c’est de l’histoire, alors que ce n’est qu’un fait divers, comme le fut Pompéi, comme le furent d’innombrables accidents de chemin de fer depuis le milieu du XIXe siècle, et comme le fut ce fameux 11 septembre qui n’a même plus d’année, comme s’il était devenu un nom propre, tant les États-Unis ont réussi à faire croire au monde entier que ce médiocre massacre — sur l’échelle qui mesure le mieux l’humanité, celle du nombre des morts — aura été un ébranlement de la civilisation occidentale tout entière, simplement parce que, pour une des très rares fois de leur histoire, ils auront été attaqués sur leur propre sol, un sort qui, pourtant, n’est pas loin d’avoir été universel à l’échelle de la planète et à celle de l’histoire.  Mais l’histoire, comme on sait, n’existe plus.

Triste réduction d’envergure, paradoxalement, que cette apothéose du fait divers catastrophique, celui qui s’avère toujours le plus juteux, le plus vendeur parce que c’est le plus complaisant dans l’émotion facile et l’hébétude consumériste.  Un mélo en forme de pièce montée dégoulinante de bonnes intentions le transcrira aussitôt dans le monde du showbiz qui désormais nous tient lieu d’art et de culture.  On frappe fort dans l’insignifiance, quand il s’agit de nier l’histoire et d’installer sur ses ruines l’exaltation postmoderne de l’homme sans qualité et de sa vie quotidienne.  Comme l’arbre la forêt, l’individu cache le collectif, la nostalgie a remplacé l’histoire et l’éphémère glorifié nous interdit l’éternité de l’avenir de l’espèce.

La déconfiture du rafiot de luxe n’en est pas à ses premiers ravages dans les consciences contemporaines.  Déjà il y a quelques années elle avait été l’occasion d’une célébration éperdue d’un film d’une médiocrité extravagante, un navet au succès planétaire qui a achevé de couler le cinéma dans la soupe hollywoodienne où patauge le bon peuple ; du même prétendu grand réalisateur le navrant Avatar venait, plus récemment encore, définitivement refermer le cercueil de ce que Louis Lumière considérait, peut-être avec raison finalement, comme « une invention sans avenir ».  Des lunettes de plastique nous permettront désormais de voir le monde avec une profondeur de champ qui n’a d’égale que la superficialité de la vision qu’on en donne.  Privée d’histoire, réduite à une manipulation de pitons, colorée fluo et faite tout entière de réflexes qui rapporteront des fortunes à qui de droit (commercial), notre vie sera désormais, qu’on se le dise, un interminable jeu vidéo où rien n’aura eu lieu que le fun ou la job, l’un faisant passer l’autre et l’autre débouchant sur l’un.

Art de peu, culture de rien

Voyez l’art contemporain.  Étonnez vous que tous ces brillants jeunes gens, tous ces incontestables créatifs mettent bien souvent tout leur talent dans le bricolage de cabanes en bois ou l’éventrement rituel de poupées de plastique sur fond de musique techno ou métal.  Applaudissez à l’insondable bêtise d’un conservateur qui croît être in en permettant l’installation devant le palais de Versailles, et même dedans, des dernières disniaiseries à la mode.  Même si vous êtes un vieil ermite de province, soyez jeune, urbain, festif, puisque désormais il n’est d’art ou de culture qu’attifé de ces épithètes à la « mange ta ville ».  Dans la vaste majorité de ses pratiques, l’art actuel est retombé en enfance et les centres d’artiste sont des garderies où, loin du regard de papa-maman, on peut se vautrer en toute impunité dans un pipi-caca joyeux et subventionné.

Je parle ici tendance, je parle ici média, je parle ici conception qu’une époque se fait de l’art qu’elle doit pratiquer, de la culture qu’elle doit promouvoir.  Car il y a, certes, encore, des créateurs, des souterrains, de véritables artistes : j’en connais quelques-uns, et qui sont jeunes, et qui ont d’autres références que la culture dite « populaire », culte du vent, culture du rien qui surgit et se gonfle comme une bulle, production industrielle pour consommateur peu averti.  Mais à moins que le service après-vente qui se fait passer pour de la critique ne trouve le moyen de les assimiler à quelque fait divers — cette démangeaison de présent — ils resteront confinés à l’obscurité et à la misère et nous serons privés à jamais de la lueur qu’ils auraient pu jeter sur notre obscurité collective.

Jusqu’ici l’art et la culture avaient été, de tout temps, un rassemblement imaginaire des vivants et des morts, un dialogue et même un combat entre eux, pour mieux préparer ou rêver la naissance enfin de l’homme, cette ébauche perpétuelle.  Et bien sûr, l’homme, c’était à la fois tous les humains à venir et l’idée même de l’homme qui seule était éternelle.  Il y avait, malgré l’ambition sans doute démesurée de ce projet, une modestie certaine dans cette façon de se voir en accoucheuse, ô Socrate !, ou en prophète, ô Jésus, fils ou non d’un dieu improbable.

L’éducation miniature, l’enseignement réduit à sa plus simple expression instrumentale et technique, l’hypermédialité et la vente urgente, tous ces signes des temps expriment, en fait, la réduction de l’envergure et des ambitions de l’individu à sa petite vie soigneusement étriquée ainsi qu’à la modestie insigne de ses rêves.  Dame !  Art, Histoire, Politique, d’autres grandes choses que nous trouvons sans doute prétentieuses aujourd’hui, étaient les noms divers que portait jusqu’ici cette horreur : le projet collectif.

Le fait divers a avalé l’histoire et l’expression individuelle l’art.  L’amnésie a plombé la référence : ne sachant rien de ce qui s’est fait il y a à peine un lustre, délesté de tout le passé de l’humanité et insoucieux de son avenir, chaque artiste qui apparaît n’a d’autre référence que le jouet, l’animal en peluche, l’objet d’un quotidien infantilisé avec lequel il joue comme ses prédécesseurs jouaient, quitte à les défaire, avec la Renaissance italienne ou l’impressionnisme français.  Les littéraires, eux, n’ont d’autre récit en tête que les téléromans, d’autre poésie que la chansonnette qu’ils éventreront peut-être avec un peu de trash venu du punk ou de « Jackass ».  Et tous s’en remettront à leur crise d’adolescence pour la profondeur du vécu.  L’autofiction tiendra lieu d’épopée.

« There is no such thing as society », disait Margaret Thatcher.  Malgré les apparences, la culture « populaire » ne dit pas autre chose et les réseaux « sociaux » entonnent le même discours.

Et vogue le Titanic…

Jean-Pierre Vidal

Notice biographique

PH.D en littérature (Laval), sémioticien par vocation, Jean-Pierre Vidal est professeur émérite de l’Université du Québec à Chicoutimi où il a enseigné depuis l’ouverture de l’institution, en 1969. Fondateur de la revue Protée, il a aussi été chercheur et professeur accrédité au doctorat en sémiologie de l’Université du Québec à Montréal. Il a d’ailleurs été professeur invité à l’UQAM (1992 et 1999) et à l’UQAR (1997).

Outre de nombreux articles dans des revues universitaires et culturelles, il a publié deux livres sur Robbe-Grillet, un essai dans la collection « Spirale » des Éditions Trait d’union, Le labyrinthe aboli ; de quelques Minotaures contemporains (2004) et deux recueils de nouvelles, Histoires cruelles et lamentables (Éditions Logiques 1991) et, cette année, Petites morts et autres contrariétés, aux éditions de la Grenouillère.  De plus, il vient de publier Apophtegmes et rancœurs, un recueil d’aphorismes, aux Éditions Le Chat Qui Louche.

Jean-Pierre Vidal collabore à diverses revues culturelles et artistiques (Spirale, Tangence, Esse, Etc, Ciel Variable, Zone occupée). Il a préfacé plusieurs livres d’artiste, publie régulièrement des nouvelles et a, par ailleurs, commis un millier d’aphorismes encore inédits.

Depuis 2005, il est conseiller scientifique au Fonds de Recherche du Québec, Société et Culture.

(Une invitation à visiter le jumeau du Chat Qui Louche :https://maykan2.wordpress.com/)

Advertisements

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

Ascension Postapocalyptique

Witchy LifeStyle // Mosaïques

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Notes et article

Blogue personnel de Stéphane Berthomet

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :