Billet de Milan, par Clémence Tombereau…

 

La Toile

On ne sait plus très bien, mais il semblerait qu’il y ait eu une sorte de sélection, officieuse. Les quelques rares personnes – oui, ils étaient des personnes avant de devenir CA[1] – qui refusaient les cybertechnologies ont mystérieusement disparu. On ne sait plus très bien.

Un semblant de peur, que l’on ne pouvait nommer, a asservi les peuples. Peur du réel. Bourrage de crâne par divers moyens, visant à persuader l’homme que la vie était un danger. Il fut facile de trouver un refuge dans le monde inexistant.

Alors le spectacle COMMENCE. Farandole de supports pour mieux se connecter. Chez soi, dehors – DEHORS existait, oui, déjà morne – partout on plongeait avec délice dans l’impalpable. Cela était douillet. Cela était, pour tous, une seconde mère. Une mère qui dévore ses enfants pour accoucher de momies. Il n’y a JAMAIS eu de rébellion contre ÇA.

On ne sait plus très bien. Peut-être que des individus – oui, cela existait – ont tenté une insurrection. Aucune trace, aucune information sur cette probabilité. Personne NE VEUT en parler. On croit. On espère. Au pire on imagine. On imagine qu’il y a eu des révoltes. Juste pour en FINIR.

Mais la mère est plus forte, sa toile est empesée, ses moyens sont terribles. Les révoltes ont dû être misérables, rapidement écrasées par la toute-puissance de la nouvelle divinité. La religion est morte aussi, après des années d’agonie sur le lit des craintes humaines.

Plus d’autel. Plus de messes ni de prêtres. Seule compte la connexion.

La vraie révolution est celle opérée par la cybernétique : en supprimant les besoins vitaux, l’homme a pu survivre. Se nourrir d’électricité. La laisser gentiment s’infiltrer sous nos peaux. Cela est doux. Cela est bon. Cela coûtait moins cher que tout. Des frissons de plaisir, les premiers temps. Puis une douloureuse habitude, un ronronnement discret. Nos cœurs, eux aussi, comme des machines. Ils palpitent lentement. Les battements se suivent comme les jours.


[1] Computer accros.

Journal d’une fumée

mabellephoto

Tu me fumes. Tu me fumes et tu ne sais même pas pourquoi. Je ne suis pas une de celles « par plaisir ». Je suis une de celles « coup de nerfs ».
Ils te gonflent, le monde. Ils te gonflent tous, là, avec leur univers fermé, recroquevillé, pourrissant. Et, plus le monde te gonfle, plus tu tires sur moi pour te remplir de ma fumée nuisible. Comme si j’y pouvais quelque chose.  Je n’y peux rien, mon coco. Je n’y peux rien, mais je t’apaise, n’en déplaise aux médecins, n’en déplaise à l’hygiénisme fade.

Tu me fumes comme tu voudrais fumer le monde, comme si une combustion de la réalité était possible.

Tu me fumes et tu oublies ton café, que tu boiras peut-être après, peut-être froid, peut-être dégueulasse.

Je laisserai dans ta bouche ce goût amer et sec que tu aimes pourtant.

Notice biographique

Clémence Tombereau est née  à Nîmes en 1978. Après des études de lettres classiques, elle a enseigné le français en lycée pendant cinq ans.  Elle vit actuellement à Milan, en Italie.  Finaliste du prix Hemingway en 2005, lauréate cette année du concouJrs littéraire organisé par le blogue Vivre à Porto, elle a contribué à la revue littéraire Rouge-déclic (numéro2) et elle nourrit régulièrement un blogue que vous que vous auriez intérêt à visiter :http://clemencedumper.blogspot.com/  (Clémence Tombereau vient de publier aux Éditions du Chat Qui Louche Fragments, un recueil de billets que vous pouvez vous procurer en version numérique pour un prix plus que modique à l’adresse suivante : http://www.editionslechatquilouche.com/)

Une réponse à Billet de Milan, par Clémence Tombereau…

  1. brunengo dit :

    Noir c’est noir! Qui a dit que le noir n’est pas suave n’a pas lu Clémence Tombereau

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle

Un blog experimental qui s'efforce de saisir la poesie dans le quotidien des images, des choses, des moments .... et plus encore

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillage Exquis

Quand les mots s'enchaînent comme dans un maillage exquis

%d blogueurs aiment ce contenu :