Un texte en prose poétique de Luc Lavoie…

Un instant, une éternité

« Voir l’univers dans un grain de sable et un paradis dans une fleur sauvage,

tenir l’infini dans la paume de la main et l’éternité dans une heure… »

William Blake

J’avance, libre. Évadé de corps. Tendu à un fin fil de verre, je vais vers d’invisibles vastitudes.

En équilibre, je dépasse mon entendement. Chrysalide, j’attends. Je ressens la profondeur des âges. Le continuum infini déployé. Un monde inconnu ou, du moins, oublié — si je puis m’exprimer ainsi —, n’ayant plus rien à voir avec notre lourd état  terrestre.

Et c’est dans la transmutation qui me semble une évidence, une épreuve certes, mais une étape nécessaire à l’obtention du sauf-conduit permettant l’ouverture des portes du déficit de l’espace-temps, que dans l’abandon je m’abreuve. Embryon, je me nourris. Que paisiblement, je me délecte.

Il n’existe aucun orage ici. Même pas la foudre. Les nuées y sont si volatiles… Je regarde mon passé, mon présent et mon avenir.  Ils sont si impérissables ici. Pourtant, frappé de plein fouet par un éveil fulgurant, je crois vivre le summum du nirvana. Être dimorphe j’étais, libéré de mon tégument, dorénavant je suis. Je me sens un surfer au corps électrique. Réservoir et catalyseur à la fois. Drainant une énergie latente. Une force vive surmultipliée.

En équilibre sur une vague magnétique, à l’intérieur d’un moment figé dans l’éternité, je me vois déjà franchir l’ultime espace interdimensionnel. Entreprendre un lancement rigoureusement calculé. Emprunter une trajectoire mue par une étrange force oscillatoire. En direction du ventre sidéral.

Je souris. Je serai flux photonique ou âme-nef, et serai bientôt dispersé, poussières cosmiques, en une dérive infinie. Je dois me rendre à l’évidence : mon cap est tout désigné. L’univers est mon ultime destination.

En attendant l’éclosion du calice dans l’abdication, dilaté et condensé à la fois, j’entre. Je suis pulsation. Je franchis le portail de l’Éden… Fébrile.

Au bord du gouffre, mon souffle siffle, s’ébouriffe et s’étrangle. J’effleure à tâtons sa surface comme les floraisons aux lueurs. Reflets et ombres s’embrasent. Paradis et géhenne s’unissent comme un trop-plein turgescent qui se vide sans crier gare, anthèse qui s’égare lucide en son sein. Beauté excitée… Éperdue.

Qu’étonnement. Que quintessence. Qu’obnubilation…

Partout gît, en ce lieu extraordinaire,  l’état fondamental où se débattent mes ailes. Mais elle, elle n’est plus là…

Dans l’œil en tourment d’une étoile effondrée, j’ose. J’implose…

Quoi que fût ma vie d’avant, je me délie à nouveau. M’étale. M’expose, pétales palpitants.

Désormais, rythmes délirants et calmes, exhalations chaotiques et tourbillons étourdissants me meuvent. Soufflé par les vibrations de l’onde ; mugissement de matière moléculaire irradiante qui métamorphose lumière et ténèbres dans un ordre établi, ce chaos insaisissable s’amalgame en une aveuglante inflorescence.  Une énergie pure. Un maelstrom indescriptible qui me lie et m’incorpore.

Là où questions et réponses égalent solutions, où emportement et maîtrise se côtoient, où organisation et bouleversement vont de pair, je peux tout, je ne résiste pas, je me dissous. Là où l’amour et la haine s’accompagnent. Où bonheurs et tourments s’entremêlent. À la fois vie et mort, mes pas tournent les talons, rebroussent chemin. Je vis enfin la fin et le commencement. J’observe, sidéré, le cycle de la naissance du chérubin, dans l’agonie du vieillard…

N’était, naître, ne sera.

Être seuls ; ensemble, associés et dissociés dans l’azur subtil. Immobiles en mouvement. Opaques et transparents…

Ceinturé d’une vacuité sans fond, je surnage en toute conscience dans le gris issu du noir et du blanc. Partout et nulle part à la fois, dans le hasard du désarroi qui s’en fout, je me laisse couler sur la rivière, hors du temps, jeté aux bras dénudés du néant. Décharné. Poudre, toutes particules à la fois… Éther de l’errance…

Telle la piqûre de l’aiguillon. Une blessure apparente sur la peau lisse. Lorsque le sang écarlate s’écoule goutte à goutte. Comme l’amalgame d’infinis instants qui passent et que l’illusion de la vie s’efface peu à peu, je suis la déroute qui ne tarde de me guider. L’enracinement qui s’évertue à m’échapper. C’est une étrange sensation d’effervescence  que l’essaim des âmes saoules qui se fond au cœur de l’essence première. La ruche. Cristaux rassemblés pour entendre le déroutant concert de la symphonie en continu du silence.

Être autre. Être l’autre…

Faire partie d’une existence démesurée. D’un état latent incalculable.

Être l’ascension vertigineuse sans sommet. L’aboutissement d’un long naufrage sans rivages. D’où je sais, je ne vais ni vers ni l’amont ni vers l’aval. J’avale sans valeur équivoque. J’assemble, je me disloque. Je suis l’énergie de l’astral.

Formant l’étendue ;  lacs et océans sans frontières, à la limite de l’insensé limpide, immergé je me tords. Affamé je me dévore. Mutité, moiteur et miroitements. Dans l’immensité colossale,  je plane comme l’aigle qui ni ne naît, ni ne meurt. Je suis un enfant sans visage, sans rires ni pleurs. Je vis l’insensé, propulsé à vitesse lumière.

Rien…

Je ne suis plus rien. Rien que le début, que l’apogée. Qu’une infinie masse sans reliefs, sans ossature. Que l’éternelle défection. L’impalpable, l’insoluble.

Et pourtant, je suis tout…

Oui, tout.

Multitudes messagères, omniprésence d’un instant sans sens. Qu’un nain géant sis à l’intérieur d’un minuscule atome, plus grand qu’un univers entier.

Que d’étincelles de vies, peuplant ces royaumes extraordinaires formés d’illimitées textures. Mondes énergétiques enveloppés de brumes vaporeuses et de forteresses

Cosmos par Pantoja

aux étranges structures. Que de victoires remportées sans aucun combat, ici, et là-bas ! La marque indélébile des émanations déployées en arabesques dans la nullité de la raison.

Mais encore, comme la brûlure tiède de la glace mêlée au feu, telle l’amnistie entre le bourreau et le condamné, je me poste, éclaireur, aux origines.

Phare.

Je suis le veilleur intemporel ouvrant les portes des non-lieux. La sentinelle habitant ces espaces troublants et intangibles. Que me répandre, sans crainte, sans attente. Je suis enfin souffle interminable. Celui qui affranchit de tout. Libérant ces pollens ; ces poussières d’étoiles, ces milliards de vaisseaux coques naviguant au gré des saisons de l’idéal sous mille soleils. Pour que l’éternelle évolution de l’existence se poursuive…

Voilà que je rejoins la surpuissance en contrôle. Une force invisible, invincible, relie mon imparfaite vision aux scintillements cristallins, voire prismatiques, à la gamme d’émotions totales qui émane des tréfonds du soi subjectif universel.

S’il est un fait que je ne peux qu’accepter dorénavant en dérivant, paisible, à travers ces paysages divins, c’est celui-ci :

L’homme n’est pas homme, mais il est Dieu par essence. De même, Dieu n’est pas Dieu, mais il est homme par l’expérience.

Il ne me reste qu’à m’évanouir, me fondre et mourir à nouveau. Comme l’eau claire de la montagne se déverse dans l’océan, accéder à cet état du voyageur de lumière absolue, à cette condition du promeneur des infinis immatériels. Une étincelle minuscule, soit, mais indispensable pigment, colorant de son indicible brillance, l’œuvre encore fragmentée de la création, contribuant ainsi à l’effervescence harmonieuse de tout ce qui a été créé, est, et sera…

À tout jamais…

Luc Lavoie

© Tous droits réservés 2011

L’un des objectifs de ce blogue est de présenter des textes d’auteurs professionnels ou en devenir.  C’est avec plaisir que je vous présente celui de Luc Lavoie, un écrivain/écrivant qui possède  un style qui déjà s’affirme et interpelle.

Advertisements

3 Responses to Un texte en prose poétique de Luc Lavoie…

  1. Anonyme dit :

    C’est superbe, continue, tu as plusieurs talents mais celui d’écrire je suis persuadée que c’est le bon!

    J’aime

  2. S. Le Scelleur dit :

    Vraiment beau, tu as une telle facilité avec les mots et la composition, j’avoue, je suis jalouse 😉 mais tellement fière de toi.
    L’écriture est une source inépuisable de richesse et par tes textes tu nous fais cadeau de cette richesse.

    J’aime

    • Luc Lavoie dit :

      Situé intérieurement, en un endroit paraissant profondément inaccessible et pourtant si proche à la fois; quelque part dans un monde dénué de corps, la pensée de l’écrivain s’élève et se déverse en signes vibratoires sur le support papier. Comme une onde malléable. Un souffle répandu. Elle tente, enfin, je le pense, de transcender la barrière opaque qui enveloppe la trop grande densité des choses. Ces murailles qui nous entourent au quotidien. Essayant d’ouvrir de nouvelles portes. D’autres passages que ceux déjà tracés. Pour révéler des mondes, des énergies, des perceptions d’une autre nature… du domaine de l’intangible, celles-là.

      Écrire… Allégorie.

      Un texte pourrait-il s’opposer au désir de lecture qu’il suscite et qui est sa raison d’être ?

      Oh, que non ! La chair vivante n’entrera jamais dans les livres.

      Comme le disait Bernard Noël dans  » L’acte de poésie « : « Dès que la main a perdu ses ailes, c’est comme si elle n’avait jamais volé, sinon le temps d’une illusion. »

      Merci beaucoup de vos bons mots. Vous me renvoyez ainsi, toute cette énergie déployée.

      Vous ramenez l’équilibre et, par le fait même, le balancement en toutes choses.

      Ce qui devrait être.

      J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Notes et article

Blogue personnel de Stéphane Berthomet

A l'horizon des mots

Lire et le dire.

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillages Exquis

Coffret de textes à outils

Le blog de Reynald Du Berger

Climat, science et société

%d blogueurs aiment ce contenu :