L’épouse de Socrate…

Extraits d’un ouvrage à paraître : Abécédaire sur Alice et quelques autres objets du devenir…

Xanthippe — L’épouse de Socrate, à qui l’on ne donne pas le beau rôle, lui était probablement aussi nécessaire que son démon.  Elle lui demandait de sortir acheter des poissons au marché : un jour, deux jours, trois jours passaient…  Le vieux baragouineur s’était volontairement égaré dans les ruelles d’Athènes.

À la maison, les enfants pleuraient.  On avait faim.

Xanthippe partait à sa recherche, furibonde, et le découvrait, devisant avec quelques jeunes hommes dans une taverne, lorsqu’il n’était pas carrément en train d’enguirlander, de façon subtile, un riche concitoyen qui, tôt ou tard, allait lui faire boire la ciguë.  Assez pour transformer la plus aimante épouse en harpie.

Quelles dégelées, elle a dû lui servir !  Quelles avalanches d’insultes bien aiguisées, comme seules les Méditerranéennes savent en asséner !

Xanthippe et Socrate : Yin et Yang ; Principe de Réalité et Principe de Plaisir.  La femme, par sa biologie, par ses maternités réelles ou potentielles, est peut-être plus près des réalités immédiates, du nécessaire quotidien que l’homme.  Mais, femmes comme hommes, tout humain porte en lui sa propre Xanthippe : son cerveau.  Son cerveau de chair, de neurones, de synapses, qui, comme l’explique Jung, dans son long commentaire sur le Thibetan Book of the Great Liberation, serait plus filtre de la Conscience universelle que producteur de conscience – contrairement à ce que croient les matérialistes.

Pourquoi ce cerveau-filtre ?  Ce cerveau-tamiseur ?  Cet occulteur ?  Ce réducteur de joie orgasmique ?  Cet empêcheur de tourner en rond, de valser gaiement avec ce monde que nous projetons, et sur lequel nous nous projetons ?  Pour notre survie dans le temps, qui fournit des occasions, bien ou mal vécues, d’individuation.

Si notre vie n’était que contemplation extatique des jeux protéiformes de la Conscience, nous nous refuserions à toute contrainte, à ces humbles et répétitives occupations que nécessite, jour après jour, notre survie biologique, nous vouant ainsi à une mort certaine – comme individus et comme espèce.  Nous serions alors privés de toute possibilité d’apprendre par la réussite et l’échec, d’élaborer des projets, de nous rêver, de nous construire, et de construire, conjointement avec cet esprit divin qui nous habite, cette âme, ce véhicule indispensable à notre voyage ultérieur vers l’Éternel, vers l’Absolu.

(Rapprochement à faire ici entre le cerveau-filtre et Ulysse qui, dans l’Odyssée, boute littéralement ses compagnons hors de l’Île des mangeurs de lotos, plante qui provoque l’oubli.  S’ils se laissent prendre au piège, l’espoir le plus infime de revoir Ithaque sera anéanti.)

Rien du manifesté ne pourra jamais étancher notre soif.  Donc, à chacun et à chacune, son cerveau, sa Xanthippe nécessaire.  Qu’elle soit bénie pour les tourments, privations, objurgations qu’elle nous inflige.  Elle nous conserve sur la Voie, à demi-éveillés, à demi-vigilants, pour la construction de cette nef d’or et d’onyx dont déjà les voiles se gonflent.

Xanthippe, bien aimée sorcière, continue à gueuler dans les ruelles d’Athènes !

 

Ne manquez pas de visiter cette page en marge du Chat Qui Louche :

http://www.facebook.com/pages/En-marge-du-Chat-Qui-Louche/179961285365621?v=wall

Advertisements

7 Responses to L’épouse de Socrate…

  1. Jean-Marc Ouellet dit :

    « Si notre vie n’était que contemplation extatique des jeux protéiformes de la Conscience, nous nous refuserions à toute contrainte, à ces humbles et répétitives occupations que nécessite, jour après jour, notre survie biologique, nous vouant ainsi à une mort certaine – comme individus et comme espèce.»

    Étrangement, cette phrase m’a fait pensé à la Genèse. Adam et Ève seraient, à la base, cette Conscience capable de contemplation éternelle, et soumise, pour quelques considérations Célestes, aux limites, aux filtres, comme vous le suggérez, de la condition humaine. Ces contraintes que nous devons vaincre pour survivre, voileraiet en fait notre Essence vévitable.

    Réflexion naïve, sans doute. Et pourtant…

    Bonne journée, monsieur Gagnon.

    Jean-Marc O.

    J’aime

  2. Ce qui nous écarte de l’épanouissement total de l’être, vers lequel nous tendons en vain, c’est l’incroyance – ou plutôt la volonté de ne pas croire- au seul principe du plaisir, celui que Platon et Epicure ont su vanter pourtant, avec foi.
    Celui que les régimes totalitaires – religieux ou politiques -combattent avec acharnement depuis des lustres. Censure et doctrines impitoyables contre nature.
    Celui qui nous permettrait de ne plus lutter contre nous-mêmes, de ne plus être en permanence en opposition avec autrui, d’avoir un regard positif et bienveillant sur tout ce qui nous entoure, d’être confiant et désireux de toujours apprendre de soi et de l’autre, que ce soit sur un banc d’école ou au fond d’un tonneau.
    Quand le bonheur serait une ascèse et non plus un luxe impraticable…

    J’aime

  3. André L. dit :

    Bonjour M. Gagnon

    S’est moi André L., vous venez de m’envoyé une invitation d’amitié sur ma page Facebook et j’ai accepté et ensuite vous avez déposé un message sur mon mur (ma page Facebook), message sur lequel vous m,invitiez a venir visité votre blog WordPress (blog ou je suis présentement). Vous avez l’air d’un monsieur très cultivé, je veut dire qui connaissez beaucoup de chose dans les domaines de la culture, les livres, la peinture, l’art, etc…, moi je suis très peut cultivé par rapport a vous, donc je veut dire que ses sujets m’intéresse plus ou moins, mais je vous remercie quand même d’avoir pensé a moi et de m’avoir invité a visité votre blog WordPress.

    Cordialement
    André L.

    J’aime

    • Alain Gagnon dit :

      Bonjour à vous,

      Bienvenue sur mon blogue.
      J’ai suivi depuis de nombreuses années les travaux des ufologues, tels Casault, Bourbeau, Vallée, etc.

      J’ai aussi écrit quelques romans où le paranormal joue un rôle. C’est pourquoi je vous trouve privilégié d’avoir vécu l’expérience dont vous parliez sur Facebook. (J’ignore si privilégié est le bon mot…)

      Au plaisir,

      Alain Gagnon

      J’aime

      • André L. dit :

        Re bonjour

        Merci pour votre accueil sur votre blog.

        Moi aussi je suis pas sur si le mot privilégié est adéquat, je serais plus nuancé, car je suis ambivalent concernant les sentiments que je ressent vis-à-vis eux, je veut dire je ressent des sentiments négatif et positif, donc je me considère par moment préviliégé et parfois je me considère que j’aurais aimé ne jamais avoir vécu (subit) cette enlèvement, car cette enlèvement ma trop terrorisé et trop traumatisé.

        Durant les 3 premières semaines qui ont suivi l’enlèvement, je souffrais, car je vivais un très fort traumatisme, description de se traumatisme : a chaque matin durant le 3 semaines qui ont suivi cette enlèvement, aussitôt que j’ouvrais les yeux, a chaque seconde sans arrêt, durant toute la journée, je pensait très fortement et/ou très intensément de façon automatique a tout se que j’avais vue le 30 juillet 1997 et se jusqu’au moment ou je m’endormais le soir pour la nuit et aussi durant ses 3 semaines, quand je marchais sur la rue, je figeais les gens du regard, je restais figé, je ressentais un très fort niveau de stress, je faisait constamment des sursauts saccadé en marchant, je n’étais plus capable de me concentré sur quoi que se soit, tout mes passe temps, loisirs et se genre de chose était rendu complètement sans intérêt, s’était la même chose pour tout, je ne pouvait pas me concentré pour regardé la télévision et s’était la même chose pour faire le ménage de mon appartement, etc…

        Bonne fin de journée et a la prochaine.

        J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

rujia

artiste peintre

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

iLOLGO 411

Bonjour, Souriez et allez-y | Hello, smile and go

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :