Chronique de Québec….

Un chemin obscur

La vie est une bibitte imprévisible qui s’écarte de sa route sans crier gare. François Mauriac disait : « Nous tissons notre destin, nous le tirons de nous comme l’araignée sa toile. » Nous sommes ce que nous sommes devenus et nous sommes ce que tant de paroles ou d’événements nous ont permis de devenir. Quand on scrute le rétroviseur de notre vie, on rit parfois, on pleure à d’autres moments. Souvent, on se demande ce qui nous a conduits là. Un exemple ? Les mots que vous lisez, un anesthésiologiste les a écrits. Eh oui. Un anesthésiologiste, communément appelé anesthésiste, ou endormeur pour les moins respectueux. Un toubib spécialiste.

Je vous vois écarquiller les yeux, grimacer, ou bâiller d’avance. Mais c’est la plus pure vérité. Vous me direz que je ne suis pas le premier médecin qui écrit. Et vous aurez raison. L’Histoire en regorge. Ne prenons pour exemple que Georges Duhamel, Jean-Ferdinand Céline et Jean-Christophe Rufin en France, l’écossais Arthur Conan Doyle, l’américain Michael Crichton et les québécois Jacques Ferron et Jean Désy. Wikipédia en liste près de cent quatre-vingts dans le monde. Tous des médecins qui un jour se sont mis à écrire. Romans, poésie, essais, manifestes… Chacun avait ses raisons, quelques-unes conscientes, plusieurs inconscientes. Prenez mon cas. Rien ne me prédisposait vraiment à écrire ces mots. Quoiqu’en y pensant bien, il y avait bien une graine de créateur enfouie quelque part en moi. Jadis, alors que les boutons ne me gâtaient pas encore le visage, je créais de courtes bandes dessinées où mon héros, James Bang, — à cet âge et dans le fond d’un rang de campagne, le simili plagiat ne représente rien — où le héros, disais-je, pourfendait les vilains. L’exploit était d’autant plus remarquable que je souffrais de l’incapacité notoire d’éviter les courbes en traçant une ligne droite. Mes chefs-d’œuvre portaient toutefois en eux un certain intérêt puisqu’un petit voisin me les échangeait pour des broutilles ou des bonbons. Plus tard, le patenteux que j’étais créa des objets tout aussi inutiles que précaires. Mais pas mauvais sur les bancs d’école et curieux par nature, j’ai laissé la science m’accrocher ce qu’il fallait pour en tirer la profession que j’exercerai jusqu’à l’appel de la retraite. Alors, pourquoi ces mots soudains, issus finalement de mon imaginaire impétueux ? Quel fut le point de chute, là où le vent a tourné ? Et bien, vous serez déçu. John Lennon disait : « La vie, c’est ce qui arrive quand on a d’autres projets. » Dans mon cas, il n’y a pas eu d’événement-choc, de traumatisme, de deuil, ou de déception. Non. Que la lecture d’un tas de livres, le commentaire positivement incisif d’un confrère sur le style d’une lettre administrative de mon cru, d’autres bons mots sur une note laissée à la fin d’un livre, découverte par hasard par un ami, et cette soirée d’ennui dans une chambre d’hôtel, à attendre l’appel de mon téléavertisseur de garde. Et te voilà assis derrière une table à griffonner des mots qui deviendront des phrases, une nouvelle, des chapitres, un roman. Tu rencontres des personnes signifiantes, ton texte est présenté, et publié. Tu t’intéresses à la chose littéraire, tu participes à un magazine littéraire électronique par des commentaires pas trop niaiseux, et tu finis par y raconter ton histoire avant d’y collaborer régulièrement.

Tel fut mon chemin. Jamais, dans mon passé pas si lointain, je n’aurais pensé qu’un jour je partagerais mon imaginaire avec plusieurs. Or, ces mots proviennent de moi. Et dans les mois qui viennent, il y en aura d’autres. Des mots sur tout, des mots sur rien, et, pourquoi pas, des mots pour dénicher le tout dans le rien. Ce seront les mots d’un anesthésiologiste qui écrit, et qui souhaite ne pas devenir un billettiste qui endort. Mais ça, seul l’avenir le dira.

Et vous, quel fut le point de chute, la parole, la rencontre ou l’événement qui a fait dévier votre route ?

Notice biographique

Jean-Marc Ouellet est né le 11 septembre 1959 à Rimouski.  Il a grandi sur une ferme du Lac-des-Aigles, petite municipalité du Bas-du-Fleuve, jusqu’à l’âge de 15 ans. Après l’obtention de son diplôme de médecine à l’Université Laval, il a reçu une formation en anesthésiologie à Québec, puis à Montréal. Il a amorcé sa carrière médicale à Saint-Hyacinthe, pour la poursuivre ensuite à Québec jusqu’à ce jour. Féru de sciences et de philosophie, il s’intéresse à toutes les littératures, mais il avoue son faible pour la fiction. Chaque année, depuis le début de sa pratique médicale, pour du dépannage, il passe plusieurs semaines en région ; il s’accorde alors un peu de solitude pour lire et écrire. L’homme des jours oubliés, son premier roman, sortira en février 2011 aux Éditions de la Grenouille Bleue.  À partir de maintenant, il sera chroniqueur régulier pour le magazine littéraire Le Chat Qui Louche où il avait déjà publié des nouvelles.

13 Responses to Chronique de Québec….

  1. Jean-Marc Ouellet dit :

    Bravo! toujours original ,je te reconnaîs , un chemin long qui fera le tours de la terre. lu xxx

    J’aime

  2. Jean-Marc Ouellet dit :

    Merci, chérie. Sans toi, qui serai-je ?

    Ton chum.

    J’aime

  3. luc lavoie dit :

    M. Ouellet, bonsoir.

    Votre texte à haute teneur introspective dresse un coloré et chaleureux portrait de votre cheminement vers l’écriture. Loin de nous endormir, je crois qu’il nous porte plutôt à rêver. Rêver qu’écrire est possible quand on s’en donne la peine.

    Un homme qui possède un imaginaire débordant, qui n’a pas été frappé par la foudre ou enlevé par un extraterrestre; qu’un homme qui a lu. Qui a écrit, tout simplement. Un homme qui tisse sa toile. Son unicité. Je suis certain qu’elle doit être inspirante.

    J’ai hâte de vous lire prochainement.

    De bons mots à vous…

    J’aime

  4. pierre patenaude dit :

    Bon matin,
    J’aime lire l’écrivain parler de son oeuvre, comment il en est arrivé là.
    Bravo, Jean-Marc, je vous lirai (pourquoi pas « lierai ») avec le plus grand des plaisirs et aussi avec un peu d’envie.
    P.S. « Endormeur » est si joli. Je vous le dis, d’ici peu, vous écrirez « L’endormeur » et l’oeuvre sera primée.
    Pierre P

    J’aime

  5. Dominique B. dit :

    quelle idée géniale vous avez concoctée avec Alain Gagnon, éditeur virtuel en attendant autre chose!!!

    J’ai adoré vos commentaires sur le rien et le tout. Continuez, nous serons vos patients attentifs loin de tout endormissement!

    Dominique B.

    J’aime

  6. dany tremblay dit :

    Jean-Marc,

    Voilà une entrée en matière succulente et qui laisse présager que ce qui va suivre le sera tout autant.

    Et sachez que c’est un bonheur que vous n’ayez pas anesthésié la graine de créativité littéraire en vous, elle donne aujourd’hui des petits pour notre plus grand agréement.

    Amitiés.

    Dany

    J’aime

  7. Jean-Marc Ouellet dit :

    J’apprécie beaucoup vos commentaires. C’est une belle aventure qui m’est offerte, une expérience que j’attaque avec plaisir, et un peu de trac. Elle me conduira quelque part. Où? On s’en reparle à nos vieux jours.

    Jean-Marc O.

    J’aime

  8. Bonjour Jean-Marc,

    Félicitations pour ce beau projet sûrement prometteur!

    Nous allons te suivre dans cette belle aventure.

    Louiselle

    J’aime

  9. Eh oui Jean Marc, je me permets de te tutoyer, moi qui suis ton cousin de 20 ans ton aîné…
    bravo pour ta lancée dans cette autre aventure…

    Je suppose qu’il s’agit de l’homme « qui se rappelle » des jours oubliés , mais attendons le constater.

    Vivant présentement un long séjour sous les tropiques, je laisse mes jongleries alimenter un projet d’écriture…j’en mijote le contenu et la forme…quand je te lis commenter ton lieu de naissance, je touche au fait que nos trajectoires de vie se sont coisées. Je réfère à ta maison natale en particulier qui a aussi été mon lieu de résidence dans ma tendre enfance.

    En attendant d’en faire la lecture, je souhaite une « longue vie » à ta création littéraire

    Jean-Guy le bourlingueur

    J’aime

  10. Vous avez oublié le docteur Edmond Grignon, l’oncle de Claude-Henri, avec son « En guettant les ours » et le docteur Panneton, Ringuet, avec ses Trente Arpents. Bon ce n’étaient que des généralistes, mais tout de même!

    J’aime

  11. ghislaine dit :

    salut Jean-Marc contente pour toi croire en tes reves aller au bout de tes reves……..et la satisfaction que tu en retiras te seras très bénifiques….a bientot…….ghislaine

    J’aime

  12. Jean-Marc Ouellet dit :

    Tout juste arrivé d’une escapade à Montréal, je découvre vos beaux commentaires. Merci pour ceux-ci.

    Monsieur Lavoie, merci pour vos bons mots.

    Monsieur Patenaude je vous invite à lire le livre d’un confrère, maintenant à la retraite, je crois. « Vécu d’un endormeur» du docteur Jean-Louis Boivin. Pleins d’anecdotes intéressantes sur notre profession.

    Madame Blondeau, Alain Gagnon fait partie des personnes signifiantes dont je parlais.

    Madame Tremblay, s’il y a quelqu’un qui s’y connaît en créativité, c’est bien vous.

    Roland et Louiselle, bien le bonjour et merci.

    Jean-Guy, le grand voyageur, je suis sûr qu’un jour ton projet d’écriture prendra vie.

    Monsieur Costopoulos, vous avez raison et merci d’avoir ajouter ces noms à la liste des médecins-écrivain.

    Bonjour Ghislaine. Souvent, de belles choses arrivent sans y avoir vraiment rêvées.

    Merci à tous. À bientôt.

    Jean-Marc O.

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

RUJIA

Contemporary Art

La bibliothèque de Sev

Book reviews and literary musings, in French and in English - Chroniques livresques et élucubrations littéraires en français et anglais

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Notes et article

Blogue personnel de Stéphane Berthomet

A l'horizon des mots

Lire et le dire.

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

Les amours de livres de Falbalapat

Grignoteuse de livres... Des petits partages de lecture entre nous, un peu de musique et quelques artistes en images...

Maillages Exquis

Les fruits de mes inspirations artistiques.

Le blog de Reynald Du Berger

Climat, science et société

Karine St-Gelais

L'usine qui crochissait les bananes, Nouvelle Baieriveraine sous ma plume rafraichissante p'tite vie, p'tite misère...

%d blogueueurs aiment cette page :