Remous d’éternité…

Une nouvelle simple dans sa profondeur de l’écrivain Jean-Marc Ouellet

Remous d’éternités

Hokusai, La vague

Elle frappa la pierre. Une vague fluide, fraîche, écumeuse. Une vague indifférente, achevant son périple, un voyage amorcé quelque part dans l’immensité. Elle s’écrasa et disparut dans l’abîme, rejoignant la vastitude, humble, sans pourquoi, ni comment, comme elle se devait, comme il le fallait. La vague n’était plus une vague. Mais elle était encore. Et à jamais. Elle avait été. Être, s’éterniser. Obscur espoir. Vil espoir.

Le vieil homme vit la vague. Il la vit s’approcher de ses pieds flétris par les pas d’une vie. Sa vie à lui. Une longue vie. Tant de si, tant de pourquoi. Cette vague, il la vit s’écraser sur la pierre. Ses jambes affaiblies avaient tout juste eu le temps de se soulever, de l’esquiver.  Le vieil homme baissa les yeux. Il sourit. Il laissa les jambes levées. Il y a tant de vagues. Et tant d’années vivent dans un vieil homme, un océan de vagues, des vagues qui se succèdent, qui frappent, sans répit, qui accablent la pierre de chairs, pierre sans défense, pierre aux pleurs refoulés. Les vagues et les tempêtes avaient tourmenté la carcasse du vieil homme, elles avaient maltraité ses certitudes. Et toute sa vie, il s’était obstiné, il avait résisté, telle la pierre sur laquelle il était assis, s’usant peu à peu, sans le savoir, sans le vouloir.

Le vieil homme regarda ses mains, chair ridée, durcie, oubliée. Toutes ces choses qu’elles avaient tenues, ses mains. Tout ce métal, tout ce bois. Tous ces livres qu’elles avaient feuilletés, ses mains. Tout ce sable échappé sur des terres étrangères. Elles avaient frappé un homme, ses mains. Du sang s’y était déposé. Le sang d’un autre. Le sien. Pour une femme. Une inconnue qu’il voulait défendre. Qu’il ne reverrait pas. Toutes ces chairs qu’elles avaient caressées, ses mains. Des chairs qu’il avait cru chérir. Toutes ces vies qu’elles avaient serrées, chacune plus fermement que les autres, courageusement, égoïstement, de peur de les perdre. Pour ces vies, que de nuits d’insomnie, que d’abnégations. Des vies à aimer. Sa rédemption. Pour le bonheur des sacrifices, pour les peines devenues joies, pour la douceur de donner. La vie avait été dure pour le vieil homme. Et malgré ses traîtrises, il l’avait aimée cette vie. Sa vie.

Le vieil homme regarda l’immensité à ses pieds. Comme la vague, il s’éclaterait dans l’univers, il s’éparpillerait, l’esprit quelque part, la chair semée aux quatre vents. Et il serait toujours. Il avait été.

Le vieil homme leva les yeux. Le crépuscule achevait. La nuit tombait. Les vagues s’apaisaient. Elles s’éteindraient peut-être. Non. Elles seraient là, invisibles, sournoises, cachées dans l’ombre de la mer, des ténèbres, du néant. Avant que la lumière ne revienne. Encore. À jamais.

Et le vieil homme sourit.

Notice biographique

Jean-Marc Ouellet est né le 11 septembre 1959 à Rimouski.  Il a grandi sur une ferme du Lac-des-Aigles, petite municipalité du Bas-du-Fleuve, jusqu’à l’âge de 15 ans. Après l’obtention de son diplôme de médecine à l’Université Laval, il a reçu une formation en anesthésiologie à Québec, puis à Montréal. Il a amorcé sa carrière médicale à Saint-Hyacinthe, pour la poursuivre ensuite à Québec jusqu’à ce jour. Féru de sciences et de philosophie, il s’intéresse à toutes les littératures, mais il avoue son faible pour la fiction. Chaque année, depuis le début de sa pratique médicale, pour du dépannage, il passe plusieurs semaines en région ; il s’accorde alors un peu de solitude pour lire et écrire. L’homme des jours oubliés, son premier roman, sortira en février 2010.

Advertisements

9 Responses to Remous d’éternité…

  1. Dominique B. dit :

    quel magnifique tsunami que cette vague dans la vie du vieil homme. Thème éternel soit mais l’écriture qui la porte, saccadée et brève, telles des paroles, nous remue au fond de l’âme, exaltant en nous la métaphore qui sous-entend que notre vie est toujours en mouvement quoi que nous en pensions, les jours d’ennui et les heures de monotonie.

    À publier dans la future maison d’édition de monsieur Alain Gagnon! Lui soumettre dans un recueil…

    J’aime

  2. Emmanuel M. Simard dit :

    Très cinétique comme texte… très cinématographique aussi…
    il y a un mouvement dans la langue, dans la syntaxe… un peu à l’image des vagues… c’est très réussi. bravo !

    J’aime

  3. dany tremblay dit :

    Un très beau texte. Poétique et tel que le mentionne Emmanuel, riche en mouvement. Un texte qui après lecture donne envie d’écrire.

    Décidément, Dominique, vous avez de la suite dans les idées et ne lâchez pas le morceau pour mon plus grand plaisir.

    D.

    J’aime

  4. Pierre Patenaude dit :

    Quelle belle atmosphère ! Vous aimeriez Virginia Wollf, Jean-Marc. Écrire l’éternité dans la brièveté est le fruit du travail mille fois recommencé. Sans vouloir jouer avec les mots et votre profession, on ne s’endort pas à vous lire. Votre roman, ce sera pour les tempêtes de février 2011. J’pense ben qu’on va aimer ça.
    Bon dîner !
    pp

    J’aime

  5. Frost.Blast dit :

    J’adore ce genre d’écriture, comme une vieille chaise berçante et son grincement familier.

    J’aime

  6. Jean-Marc Ouellet dit :

    Wow ! Merci à tous. Vos commentaires me touchent beaucoup. De quoi poursuivre l’expérience d’écrire… Un recueil ? Qui sait…

    Madame Dominique, ces éloges venant d’une spécialiste comme vous me touche particulièrement.

    Monsieur Simard, n’étant pas ( encore ) un spécialiste de l’écriture, j’essaie d’exprimer les images qui flottent dans mon esprit. Et Dieu sait s’il y en a. De là, peut-être, le coté cinématographique.

    Madame Tremblay, si ce texte vous inspire, c’est merveilleux. Car c’est toujours un bonheur de vous lire.

    Monsieur Patenaude, j’ai peu lu Virginia Wollf, mais c’est un manquement que je veillerai de corriger. Merci pour la suggestion. Et pour faire suite à votre remarque, je vous dirais que ce n’est pas parce que je suis anesthésiologiste de profession que je ne ressens rien. 🙂

    Et monsieur Gagnon, sans vous, je n’écrirais peut-être plus. Cette tribune nous donne le goût de créer, si ce n’est qu’un petit mot de temps à autres. Merci.

    Jean-Marc O.

    J’aime

  7. Jean-Marc Ouellet dit :

    Bonjour monsieur Frost.blast,

    Merci pour votre mot. C’est peut-être que nous devenons tous de vieilles chaises qui, avec les années, se berçent entre hier, le maintenant, et un demain incertain.

    Bonne fin de journée.

    Jean-Marc O.

    J’aime

Laissez un commentaire.

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Ainsi parle l'Éternel

L'écriture de la Sainte Bible se continue -- publiée par Guylaine Roy (GROY)

La bibliothèque de Sev

Chroniques livresques et élucubrations littéraires

sillage

la trace fluide du chemin parcouru

Canada | iLOLGO.CO

Quebec | infographiste | Webmaster Site Web

Ninannet's Blog

Just another WordPress.com site

Moonath - l'Univers des mots

une plume troubadour et lunaire qui chante la vie, l’âme, l’amour et l’infini…

Poesie visuelle/Visual Poetry

Un blog experimental voue a la poesie du quotidien sous toutes ses formes/An experimental blog devoted to poetry in all its forms

Stéphane Berthomet - Articles, notes et analyses

Analyste en affaires policières, terrorisme et de sécurité intérieure.

A l'horizon des mots

Notes d'une bookworm débutante

Alchimaer Art

Alchimaer Art,collectif artistique et humaniste, un sujet d’étude les symboles des parcours initiatiques dans l’art. Contemporain, alchimique, textile, peinture, street art, contes vidéo, design … Si l’interprétation des symboles est immortelle et universelle, leurs représentations n’ont pas de limite!

LE CHAT QUI LOUCHE 2

Arts et littératures de la Francophonie...

maykan.wordpress.com/

Arts et littératures de la Francophonie...

Vous êtes ici... et là-bas

André Carpentier & Hélène Masson

Sophie-Luce Morin

Auteure, conférencière, idéatrice

Vivre

« Écoute le monde entier appelé à l’intérieur de nous. » Valère Novarina

%d blogueurs aiment ce contenu :